Cecelia Ahern, Un Cadeau du ciel

Cecelia Ahern, Un Cadeau du ciel, éd. Flammarion, 2009.

(Titre original : The Gift, 2008)

A l’heure des nouvelles technologies, on se dit souvent que nous ne prenons plus le temps d’apprécier les petits plaisirs du quotidien. La période de Noël est supposée nous recentrer sur l’essentiel, nos proches, et l’amour que nous leur portons. Mais certains sont si empêtrés dans leur ambition personnelle et leur vie professionnelle qu’ils oublient simplement de vivre. Car l’existence ne se résume pas aux profits que l’on peut dégager de son entreprise, ou à la promotion tant convoitée par tous les collègues de bureau. Un roman qui fait réfléchir, et amène le lecteur à se poser les bonnes questions, à la juste période de l’année.

En bref : Alors qu’il arrive le premier sur son lieu de travail, comme chaque matin, Lou Suffern remarque pour la première un SDF assis à même le sol, à quelques mètres de la porte d’entrée de son building. Mais Gabe, lui, l’avait remarqué depuis bien longtemps. Tous les jours, il enregistre dans sa mémoire toutes les paires de chaussures qui passent, se croisent et s’éloignent, les décrivant avec une précision quasi-surnaturelle.
Pour la première fois, et sans pouvoir en expliquer la raison, Lou s’arrête et offre un café bien chaud à Gabe, conversant quelques minutes avec cet étranger qui ne l’est pas complètement. En enregistrant mentalement toutes les allées et venues de l’immeuble, Gabe en sait bien plus sur les potentielles alliances se nouant dans le dos de Lou. Celui-ci ne peut s’empêcher d’y voir un atout pour son ascension professionnelle. C’est ainsi que, dans un élan de charité déguisée, il recommande Gabe au service du courrier de l’entreprise, où il pense qu’il pourra le renseigner en interne sur les faits et gestes de ses collègues et concurrents.
Mais le problème est ailleurs. Car Lou n’est pas uniquement un brillant jeune homme en col blanc doté d’une ambition démesurée. Il est également un mari et un père de deux jeunes enfants, qu’il a un peu trop tendance à délaisser pour des tâches autrement plus importantes, telles que conclure des contrats mirobolants, dîner avec de potentiels clients ou flirter avec sa secrétaire.
Mais lorsque la masse de travail s’accumule toujours plus, il devient évident que Lou va devoir faire des choix. Quand celui-ci ressent l’envie de pouvoir se dédoubler pour accomplir deux tâches professionnelles simultanément afin de satisfaire son supérieur et entrer dans ses bonnes grâces… Il ne viendrait pas à l’esprit de ce pauvre bougre qu’un dédoublement aurait déjà été souhaitable afin de passer plus de temps avec les gens qui l’aiment, sa famille.
Alors que Gabe semble muni d’aptitudes étrangement singulières et inquiétantes pour Lou, dont la paranoïa l’amène jusqu’à douter de la bonne foi du sans-abri qu’il a « sauvé » de la rue… Peut-être que celui-ci sera le seul à pouvoir le sauver, lui, de la dérive vers laquelle il s’égare chaque jour un peu plus, et l’éloigne irrémédiablement de ses proches.

« Le chemin est plus facile à voir quand on cesse de regarder ce que font les autres et qu’on se concentre sur soi. » [Chap. 17]

« …un des businessmen les plus brillants de tous les temps, un certain Walt Disney – je suis certain que tu en as déjà entendu parler, il a créé une petite affaire -, a dit : « Un homme ne devrait jamais délaisser sa famille pour son travail. ». » [Chap. 26] 

Mon avis : Un conte de Noël particulièrement instructif alors que chacun d’entre nous est toujours plus dépendant des bijoux de nouvelles technologies, que nous nous faisons même offrir lors des fêtes de fin d’année. Alors que l’on pense que ces gadgets contribuent à nous rapprocher d’anciennes connaissances perdues de vues, ne nous éloignent-elles pas plutôt de ceux dont on est encore proche, et pour combien de temps ? Car rien ne remplace le temps que l’on passe en tête à tête avec les personnes que l’on chérit le plus. Ce cadeau du ciel nous fait réfléchir sur les réelles priorités de notre existence. Heureusement, il n’est jamais vraiment trop tard pour effectuer du changement dans sa vie, et pourquoi pas prendre une résolution que l’on tiendra une bonne fois pour toute, en ce nouvelle année qui s’annonce dans moins d’un mois.
Ma note :
This entry was posted in 3 étoiles, Contemporain, Fantastique and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

6 Responses to Cecelia Ahern, Un Cadeau du ciel

  1. Pingback: Un Cadeau du Ciel | Blue Edel

  2. Blue Edel says:

    Jolie critique… Je viens de finir le livre et prépare mon article. Je me fais un plaisir de te mettre en lien dans mon article 😉
    Bonne soirée

  3. Anonymous says:

    Je viens de le dévorer! Une belle leçon de vie et une histoire passionnante! C'est vrai qu'on ne voit plus la vie de la même façon après cette lecture qui vous remue jusqu'au fond de votre être!

  4. La couverture est magnifique et l'histoire a l'air trop mignonne, je n'ai pas encore lue de livre de cette auteur honte a moi XD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *