Kiera Cass, The Prince (The Selection #1,5)

Kiera Cass, The Prince (The Selection #1,5), éd. Harper Teen Impulse, mars 2013

Nouvelle numérique en Anglais, disponible exclusivement pour liseuses électroniques et tablettes.
[Actualisation] Parution française au même format, La Sélection histoires secrètesaux éditions Robert Laffont (Collection R), au prix (bien plus raisonnable que la version VO) de 1,99€, téléchargeable ici. Les nouvelles Le Prince, et Le Garde, sont également disponibles au format papier dans le recueil Histoires Secrètes (paru en mai 2014).
Cette courte nouvelle d’une cinquantaine de pages nous propulse à nouveau dans l’univers de la Sélection, vue cette fois-ci aux travers des yeux du Prince Maxon. Cette intéressante perspective apporte un tout nouveau regard sur des événements qui nous étaient au préalable uniquement décrits du point de vue d’America Singer dans le premier tome de la saga.
Cette chronique peut révéler une partie non négligeable du contenu de cette nouvelle, dans la mesure où celle-ci n’est toujours pas disponible en Français et que son prix peut la rendre inabordable à certains d’entre vous. Lisez donc, en toute connaissance de cause.

En bref : Nous découvrons le Prince Maxon, héritier de la couronne d’Illeà, quelques jours avant le début de la Sélection, en proie aux doutes et à l’appréhension. Le portrait qui nous est dressé de ce jeune homme est bien différent de l’idée que s’en fait America Singer tout au long du premier volume de la Sélection. On y découvre un jeune garçon profondément solitaire, qui ignore tout de ses propres envies et désirs, et dont la seule « amie » n’est qu’une princesse française qui n’a croisé sa route qu’en quelques rares occasions.
Maxon est loin d’être un prince arrogant. S’il laisse apparaître un aspect guindé et glacial, ce n’est que pour dissimuler ses propres craintes quant à ce processus de Sélection, qui braque tous les regards de la nation sur lui, attendant qu’il choisisse parmi les 35 candidates la future princesse d’Illeà. Sans compter la pression supplémentaire que son père s’acharne à faire peser sur les épaules de son fils, ne tolérant aucun écart de conduite, aucune forme d’humanité qu’il considère comme faiblesse.

« I sat down at the top of the stairs and put my head in my hands. How was I supposed to do this? How was I meant to find someone who I loved, who loved me, who my parents approved of, and the people adored? Not to mention someone who was smart, attractive, and accomplished, someone I could present to all the presidents and ambassadors who came our way. » (Chap. 5)

[Trad. : Je m’assis en haut des escaliers et pris ma tête entre mes mains. Comme pouvais-je faire ceci ? Comme étais-je supposé trouver quelqu’un que j’aime, qui m’aime, que mes parents approuvent, et que le peuple adule ? Sans mentionner que ce quelqu’un se doive d’être intelligent, attirant, et doué, quelqu’un que je puisse présenter à tous les présidents et ambassadeurs qui croiseraient notre route.]

On découvre que le processus de Sélection n’est pas si équitable qu’il le prétend être. Le Roi et son équipe ont préalablement éliminé de nombreuses candidates, ne retenant que celles qui pourraient présenter un intérêt quelconque à la Couronne : l’appui du peuple, des relations diplomatiques améliorées avec d’autres provinces, et quelques membres des castes inférieures, pour maintenir un semblant d’équité.
Jusqu’au jour J, où Maxon fait la rencontre des candidates. Parmi la liste interminable de visages auxquels on lui associe des noms, un seul retient pleinement son attention. Une sublime rousse tranche parmi toutes ces beautés classiques. Il nous est alors donné de revivre les premiers moments de la Sélection, déjà décrits dans le volume 1 du même nom, dont un épisode célèbre, celui de la rencontre fortuite entre Maxon et America lors de sa tentative d’accéder aux jardins le premier soir. Cette fois, nous prenons toute la mesure de l’émotion de Maxon et de ses sentiments naissants pour la jeune femme.

« That was the name of the old country, a stubborn and flawed land rebuilt into something strong. Then again, maybe that was why Father let her in: to show he had no fear or worries about the past, even if the rebels clung to it foolishly » (Chap. 5)

[Trad. : C’était le nom de l’ancien pays, une étendue de terres obstinée et imparfaite reconstruite en un ensemble fort. Une fois de plus, là peut-être était la raison pour laquelle Père l’avait incluse : afin de montrer qu’il n’avait aucunement peur ni crainte envers le passé, même si les rebelles s’y raccrochaient sottement.]

 « Maybe it was her will or her honesty, maybe it was the soft skin on the back of her hand or her perfume… but I knew, with a singular clarity, that I wanted her to like me.
How exactly was I supposed to do that? » (Chap. 5) 

[Trad. : Peut-être était-ce sa volonté ou son honnêteté, peut-être était-ce la douce peau du revers de sa main ou son parfum… mais je sus, avec une clarté singulière, que je désirais d’elle qu’elle m’apprécie.
De quelle exacte façon étais-je supposé faire en sorte que cela se réalise ?

Mon avis : Je n’ai pas pour habitude de rédiger des chroniques au sujet de nouvelles numériques, dans la mesure où rares sont celles qui présentent un réel intérêt dans la compréhension de l’histoire principale du récit. The Prince, bien au contraire, apporte un réel plus.
Au delà du fait qu’elle nous permet de redécouvrir un prince Maxon hésitant, rongé par la peur de faillir à son devoir de fils et de tête couronnée, de décevoir son père, qui détient sur lui une influence considérable et malsaine, mais également son peuple dont tous les regards sont rivés sur son futur choix, l’auteure nous permet également d’entrapercevoir les côtés sombres de cette monarchie que l’on croit si parfaite et si bien réglée, mais dont bien des secrets semblent hanter les recoins du Palais.
Une belle transition entre le premier et le second volet de la saga La Sélection, où de nombreuses réponses seront apportées à ces débuts de questionnements.
Seul point négatif qui mérite d’être mentionné : Le prix tout à fait exorbitant de la version VO pour une nouvelle numérique d’une cinquantaine de pages. Fort heureusement, les éditions Robert Laffont (Collection R) en ont tenu compte et nous proposent la VF à 1,99€. Un bon juste milieu !

Ma note : 

Voici ma chronique vidéo concernant la nouvelle numérique The Prince, suivie de l’Elite, le tome 2 récemment paru :
 

This entry was posted in 4 étoiles, Romance, Young-Adult and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

4 Responses to Kiera Cass, The Prince (The Selection #1,5)

  1. Anonymous says:

    Ce livre est t il disponible en français ?

    • MissMymoo says:

      Cette nouvelle est pour le moment uniquement disponible en version numérique pour tablettes et liseuses, vous trouverez le lien pour télécharger la version française au début de l'article (rubrique "actualisation"). Bonne lecture 😉

  2. Mathie' says:

    J'ai vraiment hâte de lire cette nouvelle 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>