Veronica Rossi, Never Sky (Under The Never Sky #1)

Veronica Rossi, Never Sky (Under The Never Sky #1), éd. Nathan, 2012.

(Titre original : Under The Never Sky)

Aria vit dans une Capsule où les habitants passent leur quotidien dans des domaines virtuels, dans lesquels ils évoluent grâce à leur SmartEye, un dispositif technologique se plaçant sur l’œil, semblable à un ordinateur ultra-perfectionné.
La réalité y est améliorée. Personne ne se blesse, ne tombe malade, ne souffre, la beauté est omniprésente.
Lorsque la mère d’Aria disparaît, celle-ci tente d’obtenir des réponses, mais se retrouve impliquée dans un tragique accident. Bannie de Rêverie, elle n’aura de cesse de rechercher sa mère et de rassembler les preuves qui lui permettront de se disculper.

En bref : Une dispute éclate dans un compartiment condamné de Rêverie, dans lequel Aria et ses amis se sont faufilés. La situation dégénère et l’impensable se produit. Aria, qui a mis le doigt sur la disparition inquiétante de sa mère, est un poids dont les responsables de la Capsule souhaitent se défaire. Elle est donc bannie de Rêverie et abandonnée dans le monde extérieur, laissée à une mort certaine dans cette étendue de terre hostile frappée par des orages d’Ether destructeurs.
Un mystérieux Sauvage la découvre et voit en elle une monnaie d’échange afin de récupérer son jeune neveu, enlevé par les Sédentaires il y a peu.
Ces deux personnages que tout oppose entament un long voyage afin de faire réparer le SmartEye d’Aria et de retrouver la mère de celle-ci.
L’incompréhension et le dégoût que chacun exprime initialement envers l’autre se transforment petit à petit en sentiments plus complexes et controversés. Se pourraient-ils qu’ils soient plus semblables qu’ils ne le croient ?
Mon avis : Une dystopie à l’univers original et complexe.
Le monde futuriste et atypique dans lequel évoluent les personnages est assez difficile à appréhender durant les premiers chapitres. L’action ne démarre réellement qu’une fois les jalons de cet univers correctement posés, ce qui peut parfois paraître assez long. Toutefois, le développement de chacun des personnages est très bien pensé, et le lecteur se prend vite d’affection pour la relation tumultueuse entre les deux héros.
Un premier tome prometteur.
Ma note :
This entry was posted in 4 étoiles, Fantastique, Romance, Young-Adult and tagged , , , . Bookmark the permalink.

4 Responses to Veronica Rossi, Never Sky (Under The Never Sky #1)

  1. aarthfael says:

    Salut à toi,

    Pour ce qui est de la longue arrivée de l’intrigue, du début long, je pense que c’est quelque chose qui est assez habituel dans les romans de dystopie. Je ne sais pas si depuis 2013 tu as lu les autres tomes mais la saga est tout aussi bonne que le promettait finalement ce premier volume 😉

  2. C'est le genre d'histoire que je ne lis pas très souvent mais je veux bien la tenter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *