Romain Sardou, Une Seconde avant Noël

Romain Sardou, Une Seconde avant Noël, éd. XO, 2005

(également disponible aux éditions Pocket)

Charmant conte dans la veine de Dickens, l’auteur nous transporte dans l’Angleterre industrielle du XIXe siècle, où le quotidien est bien rude pour les petits enfants pauvres.
Mais c’est sans compter sur l’univers merveilleux qui nous entoure et dont les humains ont depuis bien longtemps oublié l’existence. La magie de Noël accomplira-t-elle des miracles ?

En bref : Echappé d’un foyer pour orphelins particulièrement barbare, le petit Harrold Gui doit survivre jour après jour au sein de la ville grisâtre de Cockecuttle. De corpulence menue pour son jeune âge, il s’essaye notamment au métier de ramoneur, sans succès… Alors que les mésaventures s’accumulent sur le chemin de sa courte vie, les esprits fabuleux, exilés de la Terre il y a bien longtemps, s’aperçoivent que la dernière petite flamme de merveilleux est sur le point de s’éteindre dans l’âme des hommes.

« – Nous n’intervenons plus dans l’affaire des hommes depuis mille ans !
– C’est défendu.
– Remplacer Nicolas ? Quelle idée !…
– Pourquoi ?
Mais oui, POURQUOI ? Le lecteur doit certainement se poser la même question que le Conseil : n’a-t-il pas, lui, au contraire, l’impression que saint Nicolas, à travers Santa Claus ou le Père Noël, est un personnage aujourd’hui en pleine vigueur, connu et aimé de tous ? C’est exact, mais le lecteur verra bientôt que cela s’explique justement par l’intervention de la Fée Dora et du Comité au milieu de ce triste dix-neuvième siècle ! Ce siècle qui voulait faire mourir une à une les superstitions et les crédulités d’autrefois. En ce temps-là, saint Nicolas était aussi décrié que les sorcières ou les gobelins des bois, personne ne voulait plus croire à son existence. » [p. 42]

Il est temps de raviver la magie au sein de l’humanité, et d’offrir une véritable enfance à ces pauvres petits bambins obligés de travailler presque aussi dur que des adultes. Mais comment « créer » un mythe ? Quel aspect prendra cette nouvelle tradition ?… pas si nouvelle en réalité.

« « Le 25 décembre appartient aux enfants. Noël doit servir à récompenser les bons et à rappeler aux méchants qu’ils doivent changer. Il faut aussi – et je n’insisterai jamais assez sur ce point – il faut que Noël serve aux adultes afin qu’ils se souviennent que eux aussi ont été des enfants ! Il n’y a que cela pour garder le cœur ouvert et bienveillant. Maintenant, tu sais tout, Balbek. Il t’incombe de découvrir ou de créer une nouvelle figure folklorique ; mais qui plaise à tous, qui puisse se reconnaître dans tous les coins de la Terre, je veux UN symbole personnifié qui incarne pour tous Noël et le beau temps de l’enfance. » [p. 48]

Mon avis : L’auteur annonce dès la citation précédant son roman la couleur par la référence à Dickens. Cette histoire ne sera pas toute faite de sucres d’orge. Le cadre de l’Angleterre, en pleine révolution industrielle au milieu du XIXe siècle, les petits enfants démunis qui souffrent et triment pour survivre, les adultes cruels à leur égard, tout rappelle la pâte du maître.

« Bon. Là, cher lecteur, tu te demandes si l’auteur n’aurait pas eu jusqu’à présent deux ouvrages en préparation ; d’abord un conte à la sauce dickensienne, puis un autre roman fantaisiste et affranchi de tout réalisme » [p. 152]

C’est effectivement de cela qu’il s’agit, tout du moins à quoi cela ressemble au premier abord. Les 100 premières pages sont assez difficiles à passer car les péripéties du jeune Harold sont toutes plus tristes les unes que les autres. Puis vient la petite étincelle qui illumine petit à petit l’ouvrage tout entier et le transforme en merveilleux conte de Noël.
Toutes les pièces du puzzle se mettent en place pour recréer la tradition aujourd’hui célébrée dans de nombreux pays à travers le monde, et ce n’est pas sans un grand sourire que l’on ressort de ce livre, des étoiles plein les yeux.
Ma note :
This entry was posted in 4 étoiles, Fantastique, Historique and tagged , , , . Bookmark the permalink.

One Response to Romain Sardou, Une Seconde avant Noël

  1. melainebooks says:

    J'avais également beaucoup apprécié cette lecture qui doit absolument être faite lors de l'Avent ou le jour de Noël :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>