Patrice Gueniffey, Les Derniers Jours des rois

Patrice Gueniffey, Les Derniers Jours des rois, éd. Perrin, janvier 2014

Nul n’est immortel, et les souverains de France ont également du faire face à la mort, chacun à leur façon. Qu’elle soit naturelle, accidentelle ou d’origine criminelle, la mort d’un roi marque la fin d’une ère.

En bref : De Charlemagne à Napoléon III, la mort de 19 rois de France est analysée d’un point de vue politique et personnel. Les traditions évoluent, la mort d’un souverain est un moment tragique que la population redoute car elle laisse un vide à la tête du pays. C’est un moment de transition particulièrement important pour la survie de l’Etat. Politiquement, elle ne doit pas être négligée mais préparée.
D’un point de vue plus personnel, la mort est également le moment pour le roi de redevenir un simple homme. Il fait face à Dieu, et prépare son âme à rejoindre le Tout-Puissant. Il doit rester digne, tout comme il a gouverné. Qu’elle soit rapide ou lente et douloureuse, la dernière étape du roi sur Terre doit être passée la tête droite.

« Des morts royales, il en est de violentes : Henri III et son successeur Henri IV meurent poignardés, Louis XVI, décapité et, avant eux, Henri II, des suites d’une blessure reçue lors d’un tournoi. Même les rois peuvent mourir bêtement, le cas d’Henri II le montre. Sans doute, aucun ne trépassa comme Eschyle, assommé par une tortue qu’un vautour avait lâchée sur son crâne chauve qu’il avait pris pour un caillou, mais dans un temps où les portes étaient basses, Louis III (882) et plus tard Charles VIII (1498) se fracassèrent la tête contre un linteau qu’ils n’avaient pas vu. » [p. 10]

Mon avis : Ce recueil d’analyses dédiées à ces 19 souverains, sous la direction de Patrice Gueniffey, est assez intéressant dans la mesure où il aborde non seulement la condition humaine du roi, mais également la situation politique du pays au moment de son trépas, et les conséquences que cela a sur la façon dont l’on gère sa mort et sa succession. La mort de chaque roi est traitée en une dizaine de pages pour chacun, de façon académique mais néanmoins très claire, et fait la lumière sur des événements que l’on aurait parfois jamais songé à déterrer.

Ma note :

This entry was posted in 4 étoiles, Essai, Historique and tagged , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to Patrice Gueniffey, Les Derniers Jours des rois

  1. Manon S.R says:

    J&#39;aime beaucoup l&#39;histoire et ce livre-ci pourrait assouvir ma curiosité. <br />Merci de la découverte !!!

  2. shousoun says:

    J&#39;ai très envie de le lire ! Merci de cette proposition !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>