R.J. Palacio, Wonder

R.J. Palacio, Wonder, éd. Pocket Jeunesse (disponible au format poche), mai 2014

(Titre original : Wonder)

August Pullman est un jeune garçon différent. Une grave malformation faciale le place en marge de la société depuis qu’il est né. Le monde n’est pas tendre face à la différence, August et sa famille le savent bien. Mais qu’à cela ne tienne, cette année, August va braver les remarques et autres signes de rejet : il va faire sa première rentrée scolaire en sixième. L’univers des adolescents sera-t-il assez compréhensif et tolérant ? August survivra-t-il à l’incompréhension d’autrui ?

En bref : August Pullman souffre depuis sa naissance d’une grave malformation faciale, extrêmement rare. Depuis tout petit, ses parents ainsi que sa grande sœur Via se serrent les coudes pour le protéger des regards durs du monde extérieur. Face à l’inconnu et à la différence, le commun des mortels est souvent critique et injuste, même s’il n’est pas doté de mauvaises intentions. Ce qui est différent fait peur et personne ne peut changer cela. Jusqu’à ce jour, August faisait l’école à la maison aux côtés de sa mère. Mais aujourd’hui, August va rentrer en sixième et sa mère pense qu’il est temps pour lui de se confronter à ses semblables, d’autres  adolescents de son âge, et ne plus vivre terré chez lui comme un paria. Dans un premier temps, August est réellement effrayé à cette perspective. Les sixièmes ne sont plus des enfants, ce sont des « grands », et les réflexions des grands sont calculées pour blesser. Comment parviendra-t-il à surmonter sa différence au grand jour ?

« Le truc, c’est que quand j’étais petit, je me fichais de rencontrer d’autres enfants, parce qu’ils étaient petits, eux aussi. Ce qui est bien avec les petits, c’est qu’ils ne disent pas des choses exprès pour êtres méchants, même si quelquefois ils disent des choses qui le sont, méchantes. Mais voilà, ils ne savent pas vraiment ce qu’ils disent. Les grands, eux, ils savent ce qu’ils disent. Et c’est pas marrant pour moi, je vous garantis. Si je me suis fait pousser les cheveux cette année, c’est en partie pour que ma frange couvre mes yeux : comme ça, j’arrive mieux à ne pas voir ce que j’ai pas envie de voir. » [August – p. 40]

Mon avis : Wonder est un fabuleux roman sur la différence et le regard des autres. La plume de R.J. Palacio est légère, fluide et simple, sans fioritures. Elle va droit au but, sans détours, et exprime les sentiments de ses personnages sans retenue.
La force de ce roman réside dans l’alternance des points de vue. Il est en effet divisé en plusieurs parties, chacune revenant sur des aspects de l’histoire selon l’angle d’August, mais également des personnages qui font partie de sa vie. Cette particularité nous permet non seulement de prendre conscience du mal-être d’August face à sa condition, mais également les sentiments et réactions de ses proches et de ses camarades suite à son entrée en sixième à leurs côtés. Ces nouvelles perspectives nous font prendre conscience que, vu d’un certain angle, une personne n’est peut-être pas forcément animée des pires intentions qu’on pourrait lui porter, et que les choses sont bien plus complexes qu’elles n’y paraissent. C’est le reflet de la vie, pleine et entière.

« J’aimerais bien que ce soit tous les jours Halloween. On porterait tous des masques. Comme ça, on pourrait prendre le temps d’apprendre à se connaître avant de dévoiler nos visages. » [August – p. 121]

« l’univers n’a pas été tendre avec auggie pullman. qu’est ce que ce môme a fait pour mériter ça ? et ses parents ? et olivia ? elle m’a dit un jour que les médecins avaient déclaré à ses parents que les chances pour que quelqu’un possède la même combinaison de syndromes  étaient d’une sur quatre millions. alors, l’univers est-il un loto géant ? vous achetez un ticket à la naissance. et que vous ayez un bon ticket ou pas, c’est juste une question de hasard. » [Justin – p. 329-330]

Wonder est également une formidable source d’inspiration. La quête d’intégration d’August parmi ses camarades nous donne une incroyable leçon de vie et nous fait relativiser les autres problèmes qui auraient pu nous paraître « la fin du monde ». Lorsque l’on voit qu’un jeune adolescent dans sa situation parvient à surmonter ses peurs pour aller de l’avant, que dire de plus ?

« Le premier jour où je me suis pointé à l’école avec mes appareils, je pensais que les autres élèves en feraient toute une histoire. Eh bien, pas du tout. Summer était contente que j’entende mieux, et Jack déclara que je ressemblais à un agent du FBI ou un truc dans le genre. C’est tout. M. Browne m’a posé des question en cours d’anglais, mais au lieu de sortir, genre : « Qu’est ce que c’est que ce machin sur ta tête ?! », il a dit :
– Si tu as besoin que je répète quelque chose, Auggie, n’hésite pas à me demander, d’accord ?
Aujourd’hui, avec le recul, je me demande bien pourquoi tout ça me faisait aussi peur. Marrant, comme on a le chic pour se ronger les sangs à propos de quelque chose, et, au bout du compte, s’apercevoir que ce n’était rien. » [August – p. 345-346] 

Vous l’aurez compris, Wonder de R.J. Palacio est selon moi un livre qui vous chamboule, qui vous fait vous remettre en question face à vos propres jugements des autres et qui vous propose de belles leçons de vie. 
Ce best-seller publié aux éditions Pocket Jeunesse depuis janvier 2013, est récemment ressorti au format poche en mai 2014. Vous n’avez donc plus aucune excuse pour ne pas le découvrir !

Ma note pour ce livre (entre 1 et 5 étoiles) :

J’ai lu ce roman dans le cadre de mon partenariat avec les éditions Pocket Jeunesse, que je remercie.

This entry was posted in 5 étoiles, Contemporain, Young-Adult and tagged , , , . Bookmark the permalink.

3 Responses to R.J. Palacio, Wonder

  1. Salut ! :)

    Alors là, entièrement d’accord avec toi ! Je l’ail lu et l’ai vraiment trouvé superbe ! Une vrai trouvaille, un chef d’oeuvre ! Que dire de plus ? Il est vraiment génial on comprend plein de choses et personnellement j’ai adoré la fin (je sais pas toi)… !
    Quelle chance de pouvoir faire des partenariats avec des maisons d’édition !

    Si tu veux venir jeter un coup d’oeil sur mon blog tu peux : jolis-bouquins.blogspot.com.

    A bientôt et bonne continution !
    JolisBouquins

  2. Karine:) says:

    Je l'ai beaucoup aimé aussi… avec un tel thème, on a besoin d'espoir!

  3. Yoko says:

    Au début ce roman ne me faisait pas très envie mais après tous les avis positifs que j'entends, je pense finir par le lire :). Et je trouve que le titre est une belle trouvaille!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>