Christina Lauren, Sublime

Christina Lauren, Sublime, éd. Hugo et Cie, octobre 2014

(Titre original : Sublime)

Colin est un jeune adolescent orphelin qui aime prendre des risques avec son vélo, pratiquant des sports extrêmes. Un jour, il aperçoit une jeune fille, Lucy, que personne ne semble remarquer à part lui. Plus il échange avec elle, plus les deux âmes se sentent attirées l’une par l’autre. Mais Lucy n’est pas une fille comme les autres, car Lucy est décédée une dizaine d’année auparavant.

En bref : Les parents de Colin sont décédés lors d’un accident de voiture lorsqu’il était tout petit, et il fut le seul survivant. Depuis, il vit au pensionnat de Ste Osanna, aux Etats-Unis. Le proviseur et la responsable de la cantine veillent sur lui, mais cela n’empêche pas Colin de pratiquer des sports extrêmes avec son ami Jay. Tous les deux ne perdent pas une occasion pour enfourcher leurs vélos et faire des cascades toujours plus impressionnantes et risquées. Colin est constamment blessé, mais ne semble pas craindre la mort.
Un jour qu’il aide au réfectoire du lycée, il aperçoit pour la première fois une jeune fille à l’apparence hors du commun. Lucy ne semble visible que de ceux qui cherchent à la voir. De plus, alors que Jay ne la distingue que comme une adolescente banale aux cheveux châtains, Colin lui attribue une peau diaphane et des cheveux blonds, presque argentés.

« Il a toujours su que ce n’était pas une fille normale. Pour lui, elle a les cheveux blonds, et non châtains. Elle ne semble jamais avoir froid ; elle ne semble jamais manger. Elle est si… différente. Quand ses yeux rencontrent les siens, ils sont d’un gris éteint, intense, anxieux – emplis de métal et de glace, d’angoisse et d’espoir, dépassant les limites de l’imagination. L’espace d’un instant, il se demande même si Lucy est bien réelle. » [p. 76]

Les deux jeunes gens apprennent à se connaître, et à s’aimer, de façon si particulière mais qui semblent demander une contrepartie. Lucy ne semble avoir de réelle consistance que lorsque Colin se met en danger, frôle la mort. Le jeune garçon, devenu totalement fou d’elle, ne peut supporter l’idée que celle-ci s’éloigne de lui, voire disparaisse. Rien n’est trop beau ni trop fou pour la garder à ses côtés, même si tous ses proches ne cessent de lui rappeler, inquiets, qu’il joue à un jeu dangereux, et qu’à force de vouloir tromper la mort, cette dernière aura peut-être un jour le dernier mot.

« La nuit précédant le retour de Lucy, celle où il a fini sur les rotules, c’était la première fois que Colin se sentait sain d’esprit depuis des jours, comme s’il était enfin venu à bout de son anxiété. Il a l’habitude de faire des trucs un peu dingues avec Jay, et très dangereux. Ça a toujours été comme ça. Sur son vélo ou sur son skate, tout devient trouble, jusqu’à ce qu’il se concentre sur une seule chose : respirer. Plus il est casse-cou, plus il se sent en sécurité. C’est paradoxal, mais il arrive à vivre avec. C’est juste que, maintenant, il veut que Lucy reste dans les parages. » [p. 182]

De son côté, une question hante Lucy : pourquoi est-elle de retour sur les lieux de son meurtre, dix ans plus tôt ? Pourquoi ne peut-elle franchir les grilles de Ste Osanna, restant donc bloquée au sein de l’établissement ? Et plus important : pourquoi seul Colin peut la voir, sous cette apparence laiteuse si particulière ? Quel rôle doit-elle incarner dans la vie du jeune homme ? Cette réapparition à ses côtés a-t-elle un sens spécifique ?…

« En d’autres termes, elle ne se rappelle rien qui puisse lui dire pourquoi elle est ici au lieu de flotter quelque part sur un nuage, ou d’être enfouie sous terre, à danser au milieu des flammes.
C’est cette question – pourquoi suis-je ici ? – qui commence à la ronger, la poussant à sortir de sa réserve. Des questions lui brûlent les lèvres : elle a envie de hurler dans l’air froid, mais elle se doute que personne n’y répondra. Depuis qu’elle s’est réveillée sur le sentier, elle a passé des heures à essayer de comprendre qui elle pouvait bien être. Si elle est de retour sur les lieux de son meurtre, cela veut-il dire qu’elle est un fantôme ? Si c’est le cas, comment peut-elle porter des vêtements, ouvrir des portes et même être vue ? Est-elle un ange qui a traversé les nuages pour s’écraser sur le sentier ? Mais alors, où sont ses ailes ? Quelle est sa raison d’être ? » [p. 50]

Mon avis : Sublime est un roman unique qui m’a tout particulièrement attiré, outre sa couverture magnifique (sublime, comme son titre !), pour son thème, celui d’une histoire d’amour entre un humain et un fantôme, qui n’est pas si fréquent dans la littérature Young Adult depuis quelques temps. Exit vampires, loups-garous et autres zombies, les revenants font leur grand retour dans ce premier roman Young Adult écrit par le célèbre duo d’auteur écrivant sous le pseudonyme de Christina Lauren, autrement plus connu pour la saga érotique Beautiful (également publiée aux éditions Hugo et Cie en France).
Un one-shot ou roman unique est également suffisamment rare dans la littérature Young Adult, et surtout dans le genre fantastique, pour être souligné.
L’écriture des deux auteurs se veut très onirique, légère, voire délicate. On a, tout au long des 395 pages de Sublime, le sentiment de survoler le pensionnat de Ste Osanna et d’observer avec une certaine distance, toute pudique, la relation qui naît et se développe entre Colin et Lucy.
Certains auront reproché à ce roman de rester trop en surface de cette histoire, qui manquerait de profondeur, et je dois avouer que c’est effectivement le cas. Ne cherchez pas une intrigue particulièrement creusée, un suspense haletant, des revirements de situation totalement surprenants, Sublime est un roman que l’on lit en se laissant porter par l’histoire. C’est une enquête, sur la raison pour laquelle nos personnages se trouvent où ils sont, pourquoi ils se voient, se touchent et petit à petit, s’aiment à ne plus pouvoir supporter la simple idée d’être séparés l’un de l’autre, même s’ils n’appartiennent pas au même monde et que leur relation est maudite par avance.
J’ai pour ma part trouvé que Sublime se laissait lire, de façon agréable, et sans effort particulier. C’est une lecture légère… jusqu’aux deux-tiers du livre où les événements deviennent assez complexes à envisager. L’onirisme prend une tournure si particulière que notre esprit a parfois du mal à comprendre toutes les facettes du monde imaginaire qui est décrit. Cela n’irait pas du rêve jusqu’au cauchemar, mais disons que l’environnement imaginé par Christina Lauren devient subitement assez ardu à se représenter pour le lecteur.
Sublime est malgré tout un roman à part dans la littérature fantastique Young Adult, qu’il serait dommage de laisser de côté pour quelques petites fantaisies d’écriture. Ce n’est sans doute pas la romance de l’année, mais son style d’écriture et l’univers créé par Christina Lauren est assez original pour être découvert et apprécié à sa juste valeur.
Ma note pour ce livre (entre 1 et 5 étoiles) :
Je remercie les éditions Hugo et Cie pour m’avoir fait parvenir cet ouvrage dans le cadre d’un partenariat.
This entry was posted in 3 étoiles, Fantastique, Romance, Young-Adult and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

8 Responses to Christina Lauren, Sublime

  1. kiwiriki says:

    J’avais lu pas mal d’avis négatifs et ça m’avait un peu démotivée (je l’ai sur ma liseuse depuis un moment), mais là je me laisserais bien tenter un de ces jours grâce à ta chronique.

  2. suite à ton com sur youtube, je viens un peu visiter ton blog 🙂 (je suis lolo221294 sur YT)<br />pour sublime du coup j&#39;hésite à le prendre ^^ puisqu&#39;il n&#39;y a qu&#39;un tome j&#39;ai peur que les personnages ne soit pas assez développé. Je le met dans ma wishlist mais ce n&#39;est pas une priorité 🙂

    • MissMymoo says:

      Re ! Du coup je te remets ce que j&#39;ai répondu précédemment, essaie de le trouver en bibliothèque s&#39;ils l&#39;ont quelque part, ça t&#39;éviteras de l&#39;acheter s&#39;il risque de ne pas te plaire… 🙂

  3. Léna Bubi says:

    J&#39;ai lu pas mal d&#39;avis négatifs sur ce livre, et le tien est vraiment pas mal 😉 Je ne sais pas si je me lancerai au final dans cette lecture^^&#39;

  4. Karine:) says:

    Je suis curieuse… mais je me demande si le manque de profondeur qu&#39;on reproche parfois ne me tapera pas sur les nerfs.. du coup j&#39;hésite.

    • MissMymoo says:

      Oui effectivement, on n&#39;en sais pas plus que ça sur les personnages, l&#39;histoire est vraiment centrée sur leur relation, leur histoire d&#39;amour et on tourne parfois en rond quand il est question d&#39;avoir des réponses, ils se posent toujours les mêmes questions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *