Amy Harmon, Nos Faces cachées

Nos Faces cachéesAmy Harmon, Nos Faces cachées, éd. Robert Laffont (Collection R), janvier 2015

(Titre original : Making Faces)

Ambrose Young a tout pour lui. C’est la star de son lycée : champion de l’équipe de lutte, physique d’un héros grec… toutes les filles en sont folles. Mais lorsque les attentats du 11 septembre frappent l’Amérique, le destin de toute une génération de jeunes américains va s’en trouver bouleversé.

En bref : Hannah Lake est une petite ville américaine comme il y en a des milliers. Ambrose Young est la star de son lycée. En dernière année, il est champion de l’équipe de lutte locale. Son physique d’Adonis ne laisse pas non plus indifférentes toutes les filles de son âge. Parmi elles, Fern Taylor, la fille du pasteur, dont le physique quelconque ne la fait pas sortir du lot, surtout en comparaison avec sa meilleure amie Rita, une belle blonde qui ne laisse pas les garçons de marbre. Fern est une gentille fille, qui prend soin de son cousin Bailey, atteint par la myopathie de Duchenne, qui le contraint à vivre en fauteuil roulant et réduit de jour en jour ses capacités. Tous ces jeunes se côtoient et partagent des moments d’insouciance, jusqu’à une terrible matinée du 11 septembre 2001, et les attaques terroristes qui frappent de plein fouet l’Amérique en son cœur. Alors qu’ils assistent tous en direct à la télévision à l’effondrement des tours jumelles du World Trade Center à New York, chacun sait que le monde ne sera plus jamais comme avant, mais il ne prennent pas conscience de combien leur vie en sera bouleversée à jamais.

« Leur professeur est un ancien vétéran du Vietnam qui a pour habitude de ne pas mâcher ses mots et qui méprise la politique. Il assiste à l’attaque des Etats-Unis à la télévision avec ses élèves sans sourciller. Mais, intérieurement, il est en proie à un véritable séisme. Il sait mieux que quiconque quelles seront les conséquences. De jeunes vies seront fauchées. Il y aura une guerre. Après un événement pareil, elle est inévitable. » [p. 28]

La guerre en Afghanistan se profile, puis l’Irak. Les recruteurs de l’armée passent dans les classes, et la tentation de défendre son pays de la menace ennemie est grande. Mais la guerre n’est pas un jeu, et ses conséquences sont terribles, irréversibles.

Mon avis : Avec Nos Faces cachées, Amy Harmon nous offre un roman poignant, émouvant et cruellement d’actualité, après les attaques terroristes ayant frappées la France début janvier, mois de sa sortie en librairies. De ce point de vue, Nos Faces cachées résonne doublement pour le lectorat français et francophone.
On se réveille un matin, et l’horreur a frappé. On prend alors conscience que plus rien ne sera désormais comme avant. Un cap a été franchis et il est impossible de faire marche arrière. Une guerre s’est déclenchée, et il ne reste plus qu’à prier pour que le pire ne soit pas encore à venir.

« Durant les jours et les semaines qui suivent les attaques du 11 Septembre, la vie reprend son cours, mais tout est étrange, comme quand on porte son T-shirt préféré à l’envers : c’est toujours le même, pourtant il frotte aux mauvais endroits, les coutures exposées, les étiquettes pendantes, les couleurs fanées, les mots dans le mauvais sens. Or, contrairement au T-shirt, il est impossible de remettre les choses à l’endroit. C’est permanent. C’est la nouvelle réalité. » [p. 36-37]

Mais Nos Faces cachées n’est pas uniquement l’histoire du départ à la guerre. C’est avant tout un hymne à la tolérance, à l’acceptation de la différence, et au dépassement des critères physiques pour atteindre la véritable beauté, celle qui est à l’intérieur de chacun d’entre nous, et qui fait que nous sommes différents mais uniques. C’est l’histoire de jeunes aux destins brisés, que rien ne prédestinait à se rapprocher, mais dont le sort fait se croiser les chemins. L’histoire d’un jeune garçon condamné par une maladie génétique, d’une jeune fille mal dans sa peau depuis son enfance, et qui ne se rend pas compte de la beauté qu’elle dégage à présent, ainsi que d’un héros que tout le monde adulait, et pour qui la vie ne sera plus jamais comme avant.

« Ambrose sait quel effet ça fait d’être entier et parfait. D’être Hercule. Tomber d’une telle hauteur était cruel. La vie a donné à Ambrose un autre visage et Fern se demande s’il pourra jamais l’accepter. » [p. 166]

« – Si Bailey n’était pas myopathe, il ne serait pas le même. Le Bailey intelligent et sensible à la fois, qui comprend tant de choses qui nous échappent. Tu ne l’aurais peut-être jamais remarqué s’il n’était pas malade, si c’était un simple lutteur dans l’équipe de son père, qui ferait ce que font tous les autres mecs. Une des raisons pour lesquelles Bailey est si génial, c’est parce que la vie l’a sculpté pour en faire quelqu’un d’extraordinaire… peut-être pas à l’extérieur mais à l’intérieur. A l’intérieur, Bailey ressemble au David de Michel-Ange. Et quand je le regarde, et quand tu le regardes, c’est ce que nous voyons. » [p. 200]

Seul petit bémol, l’omniprésence d’allusions à la religion, surtout dans la première partie de l’ouvrage, qui ne m’a pas permis de rentrer dans le roman aussi aisément que je l’aurais voulu dès les premiers chapitres. La référence au christianisme est une caractéristique très américaine, d’autant que l’auteur fait du personnage de Fern une fille de pasteur, mais cette surabondance de citations, morales chrétiennes toutes les deux pages m’aura légèrement dérangé. Il est à noter que c’est une récurrence chez Amy Harmon, et que ses romans suivants (Infinity + One surtout) sont encore plus emprunts de religion que Nos Faces cachées, pour lequel la traduction française à tout de même fait un travail d’atténuation de ce point pour la version française du livre.
Néanmoins, les 150 premières pages passées, on s’attache tellement à nos personnages et à leurs destins si particuliers, qu’on a du mal à les quitter lorsque le roman touche à sa fin. Les ouvrages uniques sont suffisamment rares dans la littérature Young Adult qu’ils sont souvent recherchés, mais Nos Faces cachées est si touchant, si magnifiquement bien écrit, que l’on ne peut se résoudre à quitter nos personnages lors de l’épilogue. On viendrait presque à regretter qu’il n’existe pas un tome 2, même si la fin est tout à fait parfaite comme elle est.
Je ne saurais vous recommander la lecture de Nos Faces cachées, si ce n’est pas déjà fait. Il fait parti des rares romans qui vous bouleversent et vous appellent à une profonde réflexion, surtout dans le contexte dans lequel nous évoluons en France depuis le début de l’année 2015.

Ma note : 

FiveStars-resized1

Si vous souhaitez vous tenir informé des dernières actualités de l’auteure, rejoignez la fanpage française officielle sur Facebook : Amy Harmon France.

Ce roman m’a été envoyé dans le cadre de mon partenariat avec la Collection R (Robert Laffont). Je les en remercie encore.

This entry was posted in 5 étoiles, Romance, Young-Adult and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

6 Responses to Amy Harmon, Nos Faces cachées

  1. Ton avis me donne très envie de le sortir de ma pal !

  2. Je viens de le finir et il est vraiment magnifique =)

  3. Il est tellement magnifique ce livre, c’est rare de lire de si jolies choses !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *