Sharon Cameron, Rook

RookSharon Cameron, Rook, éd. Scholastic, à paraître le 28 avril 2015

(Lu en VO – pas de traduction française prévue)

Dans 800 ans, l’Europe ne ressemblera plus à ce que nous avons connu. Paris connait une nouvelle révolution, les têtes roulent sous la guillotine, et un mystérieux sauveur masqué délivre les prisonniers politiques de leur geôles, laissant derrière lui une plume de corbeau.

En bref : Paris n’est plus ce qu’elle était. Dans un futur post-apocalyptique, la Ville Lumière s’est effondrée sur elle-même. Un nouveau pouvoir tyrannique dirige la cité d’une main de maître. Toute utilisation de la technologie est bannie, car c’est à cause d’elle que l’humanité a périclité. Lorsqu’une gigantesque panne mécanique a frappé le monde, les hommes ne savaient plus survivre par leurs propres moyens. Seuls les plus forts s’en sont sortis. En réaction, l’Allemande, le nouveau pouvoir en place à Paris, décide de traquer les élites de la société, et de les envoyer à l’échafaud. Le pouvoir revient désormais aux classes les plus modestes.

Dans ce contexte, de nombreux représentants politiques de la haute société sont emprisonnés en attendant leur exécution. Mais un mystérieux justicier, que l’ont surnommé Rook, aide les condamnés à s’échapper, ne laissant qu’une plume de corbeau comme trace de son passage. Le chef de la sûreté ne tolère pas que l’on mette en question son autorité. Il fait de la recherche du Rook sa priorité numéro un, et sa traque le mène jusque sur les côtes anglaises du Commonwealth, dans la propriété de Sophia Bellamy, sur le point d’épouser René Hasard, un parisien qui permettrait à sa famille de conserver leur domaine. Mais il semble que les deux futurs époux, dont le futur mariage n’est qu’une question d’intérêt, cachent chacun de lourds secrets qui pourraient mettre en péril l’équilibre politique de la région, ainsi que leur sécurité personnelle et et celle de ceux qui les entourent.

Mon avis : Ce roman de Sharon Cameron m’a attiré du fait qu’il reprenait un trait de l’Histoire de France, la Révolution puis la Terreur qui s’abattit sur tous ceux qui étaient apparentés d’un peu trop près à la noblesse, sous le mandat de Robespierre. On retrouve clairement ce schéma, calqué dans un Paris futuriste, qui aurait subi les affres d’une anti-révolution industrielle, ramenant le peuple à un mode de vie se privant de toute technologie au quotidien.
Par ailleurs, l’intrigue mettant en scène un héros masqué, libérant les opprimés et laissant un unique indice emblématique sur les lieux où il frappe, une plume de corbeau, afin d’alimenter son mythe, rappelle les héros populaires tels que Zorro : évoluant dans la haute société le jour, et revêtant son habit noir la nuit.
Malheureusement, Rook est beaucoup trop « américain » pour retracer fidèlement une intrigue ayant lieu en France, cela est très dommage. Lorsque Sharon Cameron, l’auteur, essaie de faire parler le Français à ses personnages afin d’ancrer plus intensément son récit dans le cadre, les phrases n’ont aucun sens pour ceux qui comprennent la langue. Il semblerait qu’elle se soit contenté d’utiliser Google Translate pour traduire ses dialogues, et cela donne souvent un charabia incompréhensible…
D’autre part, même si l’on nous explique que le monde a fortement changé en 800 ans, et que le pôle nord a même dévié, l’auteur place Paris au bord de la côte, ce qui est très déstabilisant je dois l’avouer pour la parisienne que je suis !
Rook, qui m’attirait donc énormément, m’a malheureusement beaucoup déçue.

Ma note :

Twostars

Thank you to the author and to Scholastic publisher, who allowed me to read this book before its release.

This entry was posted in 2 étoiles, Young-Adult and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *