Kiera Cass, L’Héritière (La Sélection #4)

L'héritièreKiera Cass, L’Héritière (La Sélection #4), éd. Robert Laffont (Collection R), 7 mai 2015

(Titre original : The Heir)

ATTENTION : Si vous n’avez pas lu les 3 volumes précédents, je vous invite à vous reporter aux chroniques de La Sélection, L’Elite et de L’Élue avant de lire ce qui suit. 

Vingt ans après la Sélection qui permis à Maxon de trouver l’épouse et la nouvelle reine d’Illeà, c’est au tour de sa fille Eadlyn de chercher son futur mari par le biais de cette compétition.

En bref : Il y a dix-huit ans, America donna naissance à des jumeaux, Eadlyn et Ahren. Eadlyn étant venue au monde sept minutes avant son frère, c’est elle qui héritera de la couronne et régnera un jour sur Illeà. La jeune fille de 18 ans assume déjà son rôle de princesse et future successeur au trône en gérant les affaires du royaume avec son père Maxon. L’oeuvre majeure du règne de ce dernier fut l’abolition du système inégalitaire des castes, permettant à chacun de se choisir le destin auquel il aspire sans barrières de classes sociales. Les renégats, qui menaçaient la couronne lorsque Maxon était prince, ont également été vaincus. Malheureusement, le royaume fait face à de nouveaux troubles. La population a du mal à s’habituer à cette nouvelle paix égalitaire, et certains sont nostalgiques des divisions et autres privilèges dont ils bénéficiaient par le passé. D’autres soupçonnent qu’on leur refuse des postes sous prétexte qu’ils appartenaient auparavant à des castes inférieures.
Maxon a donc une idée folle : organiser une nouvelle Sélection, au cours de laquelle de nombreux jeunes gens issus de tous le royaume pourraient participer, et tenter de conquérir le coeur de sa fille Eadlyn, avec dans l’idée que cela constituerait un fabuleux divertissement pour la population et leur ferait oublier leurs problèmes.

« – Nous espérons évidemment qu’Eadlyn trouvera chaussure à son pied, a commencé finement maman. Mais il se trouve que la Sélection se déroule au moment où nous cherchions un moyen d’apaiser les tensions populaires. » [p. 83]

La princesse Eadlyn est une jeune femme autoritaire et indépendante, qui est loin d’apprécier que l’on se serve d’elle, même si elle a conscience que son père est très préoccupé par la situation qui se dégrade de jour en jour dans le royaume. Elle accepte donc à contre-cœur, toutefois bien décidée à n’en choisir aucun au terme de la Sélection.

« Qu’un roturier soit suffisamment courageux pour affronter l’idée de devenir un prince me remplissait d’admiration. Mais il était hors de question qu’on me mette la corde au cou avant que je sois prête. J’allais faire en sorte que ces pauvres idiots sachent dans quoi ils s’engageaient. » [p. 41]

Mon avis : L’Héritière est le quatrième tome de la saga La Sélection de Kiera Cass, qui ne devait initialement en compter que trois, mais qui fut prolongée in extremis de deux tomes supplémentaires. Même si j’avais bien apprécié cette série Young Adult, j’étais assez mitigée à cette annonce, voyant de loin l’enjeu commercial de l’ajout de ces deux tomes. Je craignais que la qualité des deux ouvrages qui suivraient soit moins bonne, et j’ai effectivement été déçue de ce point de vue là en ce qui concerne L’Héritière.
Le personnage d’Eadlyn est une sorte d’anti-héroïne, arrogante, égocentrique et colérique, qui nous tape déjà sur les nerfs dès les premiers chapitres. On se demande comment le couple Maxon-Ameria (Maxerica ?) a pu engendrer une telle progéniture…

[à propos d’une de ses camarades] « J’ai levé les yeux au ciel. Si j’avais eu le moindre sentiment pour ces garçons, j’aurais été agacée par sa façon de se les approprier. Comme d’habitude, Josie pensait que le monde tournait autour d’elle. L’idée qu’elle ait suffisamment d’importance pour qu’on lui arrange un mariage était comique. Elle pouvait épouser le premier roturier venu : personne n’y prêterait attention. » [p. 52]

[Kaden à sa soeur Eadlyn] « – Ton nom figurera dans les livres d’histoire et un gamin de dix ans qui n’en aura rien à faire l’apprendra pour une interro et l’oubliera aussi sec. Tu as un métier, comme tout le monde. Arrête de faire comme si cela te rendait supérieure aux autres. » [p. 299]

C’est néanmoins une Eadlyn effrayée de perdre le contrôle sur sa vie, son image et son pouvoir que l’on apprend à connaître au fil des pages. Cette héroïne est née pour gouverner, son enfance fut très différente de celle des jeunes gens de son âge. En représentation permanente, elle n’a jamais pu s’autoriser des écarts de conduite, des escapades impromptues mais surtout, de côtoyer des gens « normaux ». Eadlyn se refuse à choisir un compagnon, moins par fierté, mais surtout parce qu’elle craint que tomber amoureuse lui fasse perdre pied.

« C’était pour ça que l’amour était une mauvaise idée : ça vous rendait faible. » [p. 330]

Il est également agréable de retrouver tous les personnages ayant marqué par leur présence les trois tomes précédents : les couples emblématiques formées par Maxon et America bien sûr, mais également Lady Marlee et son époux de la garde royale, ainsi que l’ancienne bonne d’America, Lady Lucy et son époux le fameux Aspen Leger, promu au grade de général. C’est également assez drôle de voir que les enfants de Maxon et America, notamment Eadlyn, ne savent rien des détails de la Sélection à laquelle ont participé leurs parents (le fait entre autres qu’America entretenait une liaison avec Aspen). Ces petits clins d’œil sont assez amusants lors de la lecture de L’Héritière, le lecteur de sent privilégié de connaître ces faits que les nouveaux protagonistes de l’histoire ignorent.
Toutefois, ma lecture aura été plus poussive que lors des volumes précédents. Eadlyn ne sait pas quoi faire, change sans arrêt d’avis et se laisse emporter par des accès d’autorité, ce qui est à force assez pénible.
Notons au passage que L’Héritière est le premier tome à comporter un peu plus de 400 pages, là où les trois premiers tomes n’en comptaient que 300, ce qui n’est pas pour aider à terminer sa lecture rapidement. Alors que j’avais lu les tomes précédents en une journée, j’ai bien mis une semaine à terminer L’Héritière. Cent pages de moins auraient largement suffit.
Si cette lecture ne fut pas aussi plaisante que les trois premiers tomes de la saga La Sélection, je lirai malgré tout le cinquième (et dernier ?!) tome afin de découvrir comment l’auteur mais un terme une bonne fois pour toute à cette histoire.

Ma note : 

Threestars1

Cet ouvrage m’a été envoyé dans le cadre de mon partenariat avec la Collection R, que je remercie encore pour leur confiance.

This entry was posted in 3 étoiles, Romance, Young-Adult and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.

4 Responses to Kiera Cass, L’Héritière (La Sélection #4)

  1. kiwiriki says:

    J’ai était à la fois heureuse et déçue qu’il y ai une suite. Heureuse de pouvoir replonger dans une sélection, cette fois-ci de l’autre coté, d’en apprendre plus sur l’évolution de la société mais déçue parce que j’avais peur que ça soit surtout commercial tellement les 3 tomes avaient marchés.
    C’est pour cela que je laisse trainer (je ne l’ai pas encore lu), donc je ne peux rien en dire mais il attends bien sagement dans ma bibliothèque, une amie me l’a prêté.

  2. Cette saga me fait terriblement envie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>