L’Héritage des Rois (Le Sang des Dieux et des Rois #1), d’Eleanor Herman

Le Sang des dieux et des rois tome 1Eleanor Herman, L’Héritage des Rois (Le Sang des Dieux et des Rois #1), éd. Robert Laffont (Collection R), 21 avril 2016

(Titre original : Legacy of KingsBlood of Gods and Royals #1)

Celui que l’on connaît aujourd’hui sous le nom d’Alexandre le Grand n’est encore qu’Alexandre de Macédoine, jeune prince héritier du trône gardé par son père Philippe II. Entre complots, jeux d’amour et de pouvoir, le destin des grandes puissances de la Méditerranée orientale est entre les mains d’une poignée de jeunes adultes, illustres héritiers ou simples paysans.

En bref : Le jeune Alexandre, fils de Philippe II de Macédoine, achève ses études passées auprès d’Aristote à Mieza et revient dans la cité royale de Pella, capitale du royaume de Macédoine, cette région au Nord de la Grèce actuelle. Son fidèle compagnon Hephéstion l’accompagne, même s’il n’est pas issu de la noblesse, Alexandre l’a pris sous son aile depuis l’enfance et il a tissé un lien quasi-indestructible avec celui qu’il considère comme son meilleur ami. Les jeunes garçons s’entraînent à l’art du maniement des armes car le Tournoi de Sang approche et la population de Pella verra s’affronter les meilleurs compétiteurs de la région.
Alexandre a beau être l’héritier du trône, il pèse sur lui un lourd fardeau. Depuis la naissance, il est accablé d’une malformation à la jambe qui l’handicape et le décrédibilise auprès de son peuple mais surtout face à ses adversaires étrangers.

« […] tout lui rappelle qu’Alexandre – malgré sa boiterie, sa hideuse cicatrice et ses yeux bicolores – finira par régner sur la Macédoine et sur les territoires conquis par son père. » (p. 46)

Son rêve, trouver dans les plaines d’Orient la célèbre fontaine de jouvence qui lui rendra sa santé et lui permettra de s’affirmer en tant que futur grand roi de Macédoine.

« Il a d’autres projets, des projets dont son père ignore tout. Et s’ils les mène à bien, il deviendra le plus grand souverain qui ait jamais foulé cette terre. » (p.32)

Mais le trésor du royaume est bien gardé et la seule issue qui s’offre aux deux jeunes hommes est de remporter le Tournoi de Sang et la prime qui va avec pour se payer le voyage.
En parallèle, d’autres compétiteurs se présentent pour participer au Tournoi, et notamment Jacob, le fils d’un potier d’un village de la région. Cette manifestation représente pour lui l’opportunité d’intégrer la garde royale et de s’assurer une position décente, qui lui permettra de faire vivre un foyer, et ainsi demander la belle Katerina en mariage. Jacob et Kat on grandi ensemble depuis que la mère de celle-ci, une ancienne suivante de la reine Olympias, s’est enfuie du palais et a été froidement assassinée par la souveraine.

« La reine est d’une cruauté sans nom. Elle a tué Hélène comme on abat un chien. Même si Hélène était une voleuse, elle ne méritait pas cette fin. Kat a assisté à un meurtre que rien ne peut justifier. » (p.125)

Kat s’est jurée de la venger, et elle mettra tout en oeuvre pour parvenir à ses fins, même si cela implique de lever le voile sur les lourds secrets que sa mère lui a dissimulée toute sa vie durant, et qui pourraient expliquer le don de Kat, communiquer avec les animaux qui l’entourent.
Kat n’est pas la seule jeune femme à souhaiter venger sa mère : Cynanée, la demi-soeur d’Alexandre, est la fille de Philippe II et d’une épouse secondaire. Cyn a juré de venger la mort de sa mère, également assassinée par la reine Olympias, et de faire la lumière sur les mystérieux agissements de celle-ci. Pourquoi est-elle obnubilé par les serpents et les rumeurs sur sa pratique des magies occultes sont-elles fondées ?
De l’autre côté de la Méditerranée, Zofia est la nièce du roi de Lydie, fidèle vassal d’Artaxerxès II de Perse. La jeune fille entretient une passion dévorante pour un jeune soldat de l’armée perse, mais le souverain établit un accord avec les ambassadeurs de Macédoine pour accorder sa main à Alexandre et établir une union durable entre les deux puissances. Zo ne peut se résoudre à ce mariage forcé, elle prend donc la fuite sur les routes de Perse pour rejoindre son grand amour.
Bien des dangers rôdent autour de tous ces protagonistes qui, malgré leur jeune âge, vont jouer un rôle décisif dans l’avenir de la région.

Le Sang des Dieux et des Rois MyriamMon avis : L’Héritage des Rois, premier tome de la série de quatre romans Le Sang des Dieux et des Rois, est une véritable claque dans l’univers de la littérature Young-Adult. Eleanor Herman, qui a déjà écrit de nombreux essais historiques étudiants différents pans de l’Histoire antique, s’est essayée à un genre nouveau, celui de la fiction et de la littérature jeunesse. On peut affirmer sans trop se tromper qu’elle s’en sort avec brio, nous proposant avec Le Sang des Dieux et des Rois une fresque historique sans commune mesure, dépeignant la jeunesse de grandes figures de l’Antiquité et notamment Alexandre de Macédoine, qui deviendra l’un des plus grands conquérants de l’Histoire.
Alors que de très nombreux témoignages documentent ses exploits militaires, nous ne disposons de quasiment aucune trace relatant ses jeunes années. C’est dans cette faille que s’est engouffrée Eleanor Herman pour tenter d’imaginer ce à quoi aurait pu ressembler son adolescence, à partir des rares éléments dont nous disposons sur son entourage et les faits historiques annexes s’étant déroulé simultanément.
La quantité de notions historiques et scientifiques insérées dans ce roman est impressionnante. Le lecteur est totalement plongé aux côtés des personnages de cette époque, voyageant dans le temps et l’espace pour redécouvrir les éléments de vie quotidienne mais aussi les chefs d’oeuvre de l’Antiquité. Les recherches effectuées par l’auteure sont très conséquentes et méticuleuses, pour nous proposer un résultat de très haut niveau, qui participe à assoir la haute qualité de ce roman.

« Au milieu de l’après-midi, ils abordent la cité d’Halicarnasse, la porte d’entrée de la Carie. […] Dans les hauteurs qui dominent la mer, elle aperçoit un immense bâtiment, une sorte de temple doté de dizaines de colonnes posé sur un bloc taillé dans un marbre étincelant, qui donne l’impression d’avoir été édifié par un dieu. Des statues en bronze alternent avec des colonnes et défilent au bord d’un toit très pentu aux tuiles rouges. Au sommet, un chariot en bronze tiré par quatre chevaux flamboie comme un soleil ardent.
« Qu’est ce que c’est ?
– Une merveille du monde moderne : le mausolée. Bâti par la reine Artémise pour y abriter la dépouille de son mari, le roi Mausole. Tu vois les deux personnages dans ce chariot, tout là-haut ? Ce sont le roi et la reine. […] Ce monument est un poème en pierre chantant l’amour et la douleur d’avoir perdu l’être aimé. » (p. 350-351)

Eleanor Herman ajoute également une dose de fantastique au simple roman historique, réutilisant les mythes et légendes antiques qui avaient à l’époque une forte place dans le quotidien des Grecs.

« Laërte, l’astronome du village, a annoncé que d’ici deux semaines, à la pleine lune, se produira une éclipse totale qui marquera la fin d’un cycle de mille ans, l’Âge des dieux, et l’entrée du monde dans une nouvelle ère. La magie – la noire comme la blanche – pourra s’introduire dans la dimension des vivants aussi facilement qu’en poussant une porte. » (p. 24)

Multiplication des personnages, des points de vue, des localités géographiques parfois très éloignées, la romance et l’évocation d’une sexualité débridée correspondant à l’époque dans laquelle s’inscrit le récit, des descriptions crues et violentes des combats et conséquences de la guerre qui rythme cette période de l’Histoire, mais aussi trahisons et jeux de pouvoir, Le Sang des Dieux et des Rois s’inscrit, à mon sens, dans la lignée des grandes épopées romanesques initiées par Les Rois Maudits de Maurice Druon et plus récemment reprises il y a quelques dizaines d’années par George RR Martin pour sa saga du Trône de Fer.

« Philippe se laisse tomber comme une masse sur sa chaise et repose sur la table, avec un grand bruit, sa chope préférée – le crâne du guerrier qui l’a éborgné. Quelques mois après avoir perdu son oeil, le roi a retrouvé le coupable pour se venger : il lui a coupé la tête, lui a ouvert la boîte crânienne et a plongé le crâne dans de l’eau bouillante pour en retirer la peau et la cervelle et, ainsi nettoyé, le faire plaquer d’argent. Des améthystes enchâssées dans les orbites brillent de façon menaçante. » (p. 34)

« Après avoir étudié l’Histoire auprès d’Aristote, Alex sait que les alliés changent de camp à une fréquence alarmante. La plupart des proches de Philippe ont été assassinés – pas par des ennemis avoués, mais par des amis intimes. Le pouvoir, semble-t-il, ne reconnaît pas la droiture et se nourrit de l’intérêt personnel. Seuls ceux qui ont juré loyauté – qu’on considère comme des appuis – peuvent s’approcher assez pour enfoncer une lame entre deux côtes. » (p.193)

Le Sang des Dieux et des Rois est incontestablement un roman à part, ce ce genre dont la littérature Young-Adult manquait cruellement jusqu’à ce jour.
Vous l’aurez compris, le premier tome de cette saga événement, L’Héritage des Rois, est un véritable coup de coeur pour moi et je ne peux que vous inciter à découvrir au plus vite ce véritable chef d’oeuvre : ne passez pas à côté !
Bonus : Une série TV est également en préparation sous l’égide de la Warner Bros.

Ma note :

FiveStars1

Merci à la Collection R et aux éditions Robert Laffont pour m’avoir permis de lire ce livre.

This entry was posted in 5 étoiles, Fantastique, Historique, Young-Adult and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

3 Responses to L’Héritage des Rois (Le Sang des Dieux et des Rois #1), d’Eleanor Herman

  1. totorosworld says:

    je me suis lancée à l’aveuglette uniquement grâce à ton avis enthousiaste et je ne regrette pas du tout, j’ai beaucoup aimé 🙂

  2. Kaecilia says:

    Ce roman est incroyable. J’ai beaucoup apprécié cette re-visitation du genre historique destiné à la jeunesse, et pourtant d’une incroyable qualité. Un coup de coeur pour moi également, que j’ai hâte de voir adapté 😀
    Mille baisers,

    Kaecilia – http://kaecilia.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *