Carnet de routes, de Marie Lopez (alias EnjoyPhoenix)

carnet-de-routesMarie Lopez, Carnet de routes, éd. Anne Carrière, 3 novembre 2016

Dans ce premier roman, Marie Lopez imagine les chemins de vie de cinq personnes d’âges et d’origines différentes qui se croisent lors d’un événement du quotidien en apparence anodin, mais dont les existences en seront marquées à jamais.

En bref : Partout dans le monde, environ sept milliards d’êtres humains coexistent simultanément. Plusieurs individus naissent au même instant. A partir de ce constat, on peut imaginer des liens invisibles qui nous lient à d’autres personnes dont on n’a aucune idée de l’existence.
Au cours de l’année 2016, cinq hommes et femmes vont être amenés à se rencontrer, dans le cadre de cours de conduite au sein d’une auto-école lyonnaise. Chacun apprend peu à peu à connaître l’autre, même s’il est d’une génération différente de la sienne.
Il y a Gaspard, ce septuagénaire qu’on ne s’attendrait pas à trouver comme élève à son âge. Éléonore est une jeune femme de 25 ans qui vient de vivre une dure séparation amoureuse, et doit désormais apprendre à vivre par et pour elle-même. Charlie, la jeune YouTubeuse à peine majeure, doit concilier vie publique sur le web et intimité qu’elle peine à préserver, avec tous les doutes que son statut implique vis-à-vis de ses relations avec les autres. Et enfin, il y a Marco, ce jeune homme assez mystérieux qui prend constamment des notes dans un carnet qui ne le quitte jamais.
Antoine, le moniteur de conduite, trimballe aussi un lourd bagage qui pèse sur ses épaules, et il pourrait bien autant avoir à apprendre de ses nouveaux élèves qu’il ne leur enseignera durant ces quelques semaines de cours.

carnet-de-routes-instaMon avis : Je n’avais pas lu le premier livre de Marie Lopez, #EnjoyMarie, publié en 2015. Ce n’était pas une fiction mais une sorte de carnet de conseils destiné à un public d’adolescentes, et je n’étais clairement plus la cible depuis bien longtemps ! Après avoir rencontré Marie il y a quelques mois dans le cadre du YouTube Space à Paris, j’avais pu l’écouter parler et échanger avec elle. J’ai découvert une personne très proche des autres, à l’écoute mais également très terre à terre. Elle nous avait dit travailler sur son prochain livre, qui serait cette fois un roman.
Quelques mois plus tard, ce fameux roman, intitulé Carnet de routes, est enfin paru, et je l’ai lu avec grande curiosité. Je me suis plongée dans ce roman sans attentes particulières, et j’ai été ô combien surprise, agréablement.
Dès le préambule du roman, Marie nous informe du parti pris de Carnet de routes : imaginer que des liens invisibles nous lient les uns aux autres, qu’à chaque fois qu’un individu naît dans le monde, cela coïncide avec un événement marquant pour une autre personne ailleurs sur la planète. Ces êtres humains seraient-ils liés d’une certaine façon, dont on n’aurait pas conscience ?
Carnet de routes est un roman qui pousse le lecteur à la réflexion sur ce qui nous arrive et les raisons pour lesquelles des événements s’imposent à nous, que nous ayons ou pas un quelconque contrôle sur eux.
Bien évidemment, Marie profite de ce roman pour y livrer ses doutes et ses propres interrogations, par rapport à sa propre expérience de vie. Relations amoureuses, ruptures, rapports amicaux et vigilance face aux personnes mal intentionnées qui ne seraient là que pour sa popularité et pas pour elle en tant qu’individu…

« Je veux qu’il me voie telle que je suis, qu’il me choisisse pour moi-même et malgré ce que je suis, et que son regard ranime la flamme de mon enfance, lorsque le monde était tel que je le désirais et que jamais je ne me posais la question de la place que j’y occupe. » (p.76)

« Charlie est troublée. Sa vie lui convient, plus que cela même. Elle a la chance inouïe de pouvoir faire des choses incroyables pour son âge, de rencontrer des personnes qu’elle n’aurait jamais imaginé côtoyer. Oui, elle le sait et elle n’échangerait pas une seconde son existence contre celle d’un autre. Elle est heureuse, mais, pour être heureuse, Charlie doit se sentir en opposition. Elle se sait chanceuse. Son caractère de Poissons prend le pas : « Un coup je vais bien, un coup c’est la déprime. » Mais Charlie se dupe elle-même, car malgré plusieurs millions d’abonnés, quelques critiques suffisent à la déprimer. […]
Où en est-elle vraiment ? Pourquoi les gens la suivent-ils ? Combien de temps cela va-t-il durer ? Tout cet engouement, ces manifestations d’hostilité, qu’a-t-elle vraiment appelé ? La rançon de la gloire n’est pas une expression très consolatrice… » (p. 81-82)

Ce premier roman de Marie Lopez est malgré tout légèrement entaché de quelques approximations de style d’écriture, mais cela est tout à fait normal dans la mesure où Carnet de routes est sa première fiction. Néanmoins, j’ai pourtant trouvé que certaines de ses formulations étaient très belles.
Marie fait également des références à des oeuvres littéraires classiques, mais également à des grandes figures culturelles comme George Sand ou Umberto Eco.

« Récemment, un immense écrivain italien a disparu. Un grand érudit qui, avant sa mort, avait annoncé les dérives de la Toile et de ses interprétations. Selon lui, les réseaux sociaux avaient donné le droit à la parole à une légion d’imbéciles qui, auparavant, ne s’exprimaient qu’au bar, après un verre de vin, et ne causaient aucun tort à la collectivité. On les faisait taire tout de suite, alors qu’aujourd’hui ils ont le même droit de parole qu’un Prix Nobel. « C’est l’invasion des imbéciles » (Umberto Eco). » (p.85)

J’aurais encore beaucoup de choses à vous dire sur ce roman, mais je préfère vous inciter à lui donner sa chance, au delà des à priori, et à découvrir ce joli roman.

Ma note :

Fourstars1

This entry was posted in 4 étoiles, Contemporain, Young-Adult. Bookmark the permalink.

10 Responses to Carnet de routes, de Marie Lopez (alias EnjoyPhoenix)

  1. Kelly says:

    J’ai lu ce roman et je l’ai adorer. Je ne penser pas que ça aller être un de mes coup de cœur ❤️ mais si. Il ce trouve que je me suis identifié au deux personnages féminins. Par rapport à l’addiction de l’une que j’ai enfin vaincu et par le harcèlement vécu par l’autre personnage. Pour un premier roman je doit dire que je suis impressionné et j’espère qu’elle continuera dans cet voi. Bien que je lisent beaucoup je donne évidemment un avis d’amateur.

    Je suis heureuse de t’avoir découverte grâce à toi je reprend goût à la lecture car oui j’ai eu un passage à vide à un moment. Bonne continuation et merci

  2. Serena says:

    Hello,
    Je te découvre grâce à la Une HC ! Alors écoute, tu me donnes carrément envie de le demander pour Noël, pourtant, à la base, j’avais plein d’appréhensions ! Alors merci pour ton retour positif :) Bisous et bonne fin d’après-midi !

  3. J’ai lu plusieurs chroniques à son sujet, parfois très positives et d’autres très négatives.. Du coup, j’hésite un peu !

  4. Alexiane says:

    coucou j’ai vu ta vidéo sur le roman de Marie et a un moment tu parle du fait que le personnage de Charlie correspond à l’histoire de marie et moi je pense que ce sont un peut tout les personnages qui la représentent. Je ne sais pas si c’est ce qu’elle voulait faire ou si c’est juste moi qui me fait des idées. Qu’en pense-tu?

  5. Ermeline says:

    Ce livre me tentait pas mal et la tu m’as décidé ! Je vais l’acheter dès que possible et découvrir l’univers qu’à créer Marie. Je pense que l’on ne devrait pas avoir d’à priori sur ce roman. Marie est une auteure comme une autre , est ce que Veronica Roth ou JK Rowling ont été jugés parce qu’elles ont écrit des livres ? Non. Je vais me précipiter à la librairie et l’acheter au plus vite . Merci Mymoo pour cette chronique :)

Répondre à Ermeline Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>