Autopsie, tome 1 : Whitechapel, de Kerri Maniscalco

Autopsie WhitechapelKerri Maniscalco, Autopsie, tome 1 : Whitechapel, éd. Milan, 18 janvier 2017

(Titre VO : Stalking Jack The Ripper)

Alors que Jack l’Éventreur sème la terreur dans Londres, Audrey Rose s’infiltre dans les cours de médecine légale dispensés par son oncle pour mener l’enquête…

En bref : Londres, 1888. Des femmes sont retrouvées dépecées dans le quartier le plus pauvre de la ville, Whitechapel, dans l’East End. Audrey Rose est une jeune fille de la bonne société londonienne mais ne compte certainement pas passer ses journées à broder des napperons, alors qu’un fou dangereux tue sauvagement des prostituées dans la ville. Elle entretient une passion pour l’anatomie, et en particulier la médecine légale qu’enseigne son oncle. Ce dernier procède notamment aux études des cadavres pour le compte de la police. C’est en secret qu’il lui dispense des cours, et lui apprend les rudiments du métier. Tiraillée entre sa soif de connaissances, et sa famille qui lui reproche un comportement déplacé pour une jeune fille de bonne famille, elle ne sait plus quelle attitude adopter.
Sa mère étant morte il y a quelques années, Audrey Rose n’est plus entourée que d’homme dans sa vie : un père dépressif et autoritaire depuis de décès de sa femme, un frère dandy qui l’aime profondément mais souhaiterait la voir s’occuper d’affaires plus féminines… Audrey Rose cherche à fuir ce foyer familial dans lequel elle étouffe. Féministe avant l’heure, elle ne comprend pas pourquoi les femmes doivent s’effacer devant les hommes et leur laisser le privilège de l’éducation et des sciences.
Prise de fascination pour les crimes de Jack l’Éventreur, elle se lance à la recherche du criminel…

Stalking Jack The RipperMon avis : J’avais placé Stalking Jack The Ripper (la version VO) dans ma wishlist depuis quelques semaines, et j’ai donc été agréablement surprise de constater qu’Autopsie Whitechapel en était sa traduction française ! Même si je dois avouer que je ne comprends pas trop le changement de couverture, qui ferait croire que ce roman est destiné à un public plus jeune qu’il ne l’est vraiment. En effet, la couverture VO indique clairement que ce roman est assez mature (certains détails sont très crus et violents, à ne pas placer entre des mains trop sensibles donc).
Ce petit détail mis à part, j’ai adoré ma lecture de ce roman. Autopsie Whitechapel vous plonge au coeur de l’enquête visant à démasquer Jack l’Éventreur. Vous suivez les personnages au fur et à mesure que les victimes s’accumulent, de la première à la dernière. L’oncle d’Audrey Rose est le médecin légiste s’occupant d’analyser les corps des prostituées tuées par Jack. On peut reconnaitre à l’auteur, Kerri Maniscalco, un grand travail de recherches historiques car les scènes de crimes et l’état des cadavres est reproduit méticuleusement. Les rapports d’autopsie sont fidèles, et les descriptions parfois dures et éprouvantes.
Si Autopsie Whitechapel est une réécriture de l’histoire de Jack l’Éventreur, imaginant qui il aurait pu être et pourquoi ses meurtres ont mystérieusement pris fin après la cinquième victime, il n’en reste pas moins que cette histoire tient la route durant les trois quarts du roman.
J’ai trouvé la dernière partie totalement hallucinante et peut-être un peu tirée par les cheveux, mais c’en était tellement horrifique que j’ai vraiment apprécié le travail d’imagination de l’auteur. Chapeau bas, j’étais accrochée à mon livre et je ne pouvais m’arrêter de tourner les pages !
Notons également que Autopsie Whitechapel est un roman féministe. L’héroïne est entourée d’hommes et tente de se faire une place dans la société, en s’affirmant en tant qu’individu n’ayant pas besoin du soutien d’un personnage masculin pour exister.

« J’aurais voulu rappeler à ces messieurs que leur mère adorée était une femme, elle aussi. Je ne voyais jamais les hommes s’activer, donner naissance aux habitants du monde, puis préparer le dîner avant de ranger la maison. Pour la plupart, ils étaient à l’agonie dès qu’ils avaient un rhume. » (p. 219)

« – Je ne vois pas pourquoi une jeune fille cultiverait autre chose que sa beauté. Une épouse doit se soumettre à son mari dans tous les domaines. C’est à lui de réfléchir.
D’un hochement de tête, Regina et Victoria confirmèrent cette affirmation glaçante tandis que Hazel ajoutait :
– En tout cas, tu es vraiment ravissante, Audrey Rose. Viendras-tu au cirque, quand il sera installé ?
Mes convictions s’ébranlaient. Apparemment, il faudrait un certain temps pour que certaines femmes se libèrent des chaînes de la société. Je me mordis la lèvre en cherchant une réponse qui ne vexerait personne. » (p. 164)

J’ai également beaucoup aimé l’humour piquant et intelligent distillé au fil des répliques de ce roman. Les échanges entre Audrey Rose et un potentiel prétendant très imbu de lui-même, mais pas désagréable au demeurant, sont tout à fait délicieuses. Cela m’a parfois rappelé le style d’humour présent dans une de mes saga chouchou, Voltaire mène l’enquête, que j’apprécie tant.

« – Tante Amelia mourrait sur place si elle nous surprenait en train de faire des choses aussi… inconvenantes.
– Hum. Sa disparition prématurée vous épargnerait quelques leçons de broderie, non ? Allons, oublions la danse et embrassons-nous passionnément. » (p. 139)

Vous l’aurez compris, je vous conseille de vous précipiter sur ce petit bijou, à condition que l’idée du sang ne vous révulse pas…

Bonus, lorsque j’ai découvert que le tome 2 se passerait en Roumanie sur les traces de Dracula…

Ma note :

FiveStars1

Merci aux éditions Milan pour m’avoir permis de lire ce livre.

This entry was posted in 5 étoiles, Historique, Polar/Thriller and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to Autopsie, tome 1 : Whitechapel, de Kerri Maniscalco

  1. Je partage ton avis ! J’avoue que la fin est un peu trop tirée par les cheveux à mon goût, et j’ajouterais que l’identité de Jack est aussi un peu trop prévisible, mais le roman a tout de même réussi à être super addictif. Je me demandais si le T2 allait vraiment se passer en Roumanie, donc merci pour l’info, j’ai hâte ! 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *