13 reasons why, de Jay Asher

13 reasons whyJay Asher, 13 reasons why, éd. Albin Michel Jeunesse, 29 mars 2017

(Titre VO : 13 reasons why)

Une lycéenne harcelée décide de mettre fin à ses jours. Peu après, certains de ses camarades de classe reçoivent une boîte contenant des cassettes audio enregistrées par la jeune fille avant sa mort. Elle y fait la liste des treize raisons pour lesquelles elle s’est suicidée, et en quoi les personnes recevant ces cassettes sont responsables. 

En bref : Hannah Baker s’est suicidée il y a quelques semaines. Tout le lycée est sous le choc, personne ne comprend vraiment son acte. Un jour, Clay Jensen, un de ses camarades de classe, découvre sur le pas de sa porte une boîte à chaussures contenant des cassettes audio et une carte routière. En écoutant les bandes, il comprend que ces cassettes ont été enregistrées par Hannah peu avant son suicide, pour livrer une sorte de testament post-mortem sur les 13 raisons qui l’ont poussée à l’acte. Chacune des 13 faces de ces cassettes sera consacrée à une raison, et à une personne en particulier. Il est aussi mentionné que Clay doit écouter l’intégralité des cassettes et se rendre aux endroits indiqués sur la carte, puis faire passer la boîte à chaussures à la prochaine personne sur la liste. Si ces conditions ne sont pas respectées, une personne dans la confidence rendra les enregistrements publics et cela, personne ne le veut vraiment. Au fil des cassettes, Clay découvre une facette de Hannah qu’il n’avait pas imaginée, et lui fait encore plus regretter la disparition de la jeune fille.

Mon avis : J’avais entendu parler de ce livre, initialement intitulé Treize raisons, il y a quelques années de cela, avant que l’ouvrage retrouve son titre original. Bien évidemment et comme de très nombreuses personnes, la sortie de l’adaptation en série TV par Netflix m’a enfin décidée à le lire. J’ai un avis assez mitigé sur le livre (et la série), et je vous explique pourquoi.
Premièrement, la narration est assez déstabilisante. Le lecteur est plongé dans la tête de Clay, pendant qu’il écoute les cassettes. Nous lisons simultanément ce que Clay entend dans les cassettes (en gras dans le texte) et ce qu’il pense en réaction (en caractères normaux).

« Et là… comment dire… certaines pensées ont commencé à s’insinuer dans mon esprit. Aurai-je un jour le contrôle de ma propre vie ? Serai-je toujours repoussée et piétinée par ceux en qui j’ai confiance ? 
Je hais ce que tu as fait, Hannah.
Ma vie ira-t-elle un jour dans le sens que je veux ?
Tu n’avais pas à faire ça. Je hais la seule pensée que tu sois passée à l’acte. » (p. 145)

Cette alternance de points de vue, de façon répétée tout au long du roman est assez déstabilisante au début, car le lecteur à tendance à se perdre dans la compréhension de qui est en train de s’exprimer. On finit par s’y faire, mais c’est assez étrange au début.
Dans un second temps, les raisons évoquées par Hannah pour justifier son suicide m’ont parues assez « légères », au regard des récents événements tragiques ayant réellement eu lieu, des lycéens ayant subi un harcèlement tellement rude qu’ils ont choisi de mettre fin à leurs jours. Je sais bien qu’il n’y a pas de « compétition » dans la souffrance, et que chacun réagit en fonction de son niveau de tolérance, mais mon expérience personnelle a également fait que je n’ai pas vraiment pu me raccrocher aux raisons évoquées par Hannah. Ce n’est que mon avis et libre à chacun de se faire le sien.
D’autre part, les réactions de Hannah sont parfois contradictoires. Elle reproche aux différentes personnes mentionnées dans les cassettes de l’avoir poussée au suicide, d’avoir fait de sa vie un enfer, ou encore de ne pas l’avoir aidée à retrouver sa place au sein de la vie lycéenne, alors que certains ont réellement essayé de lui tendre la main mais c’est elle qui les a repoussés. On pourrait dire qu’au moment où cette aide a été proposée, il était déjà trop tard pour elle, mais c’est quand même profondément frustrant. Je me rappelle soudain cette expression disant « quand une personne ne veut pas être sauvée… ».

« Pour finir, elle a lâché ces mots qui m’ont obsédé pendant le restant de la nuit : « Tu n’as pas à me protéger, Clay. »
Pourtant si, Hannah. Et j’y tenais beaucoup. J’aurais pu t’aider. Mais quand j’ai essayé, tu m’as repoussé. » (p. 148)

J’ai donc globalement bien apprécié ma lecture, qui reste malgré tout très poignante et qui met une fois de plus en lumière le problème du harcèlement scolaire et celui du suicide chez les adolescents.
J’ai également commencé à regarder la série TV, que j’apprécie assez, même si le temps du roman (une soirée) a été considérablement rallongé pour tenir sur une saison entière (il se passe plusieurs semaines avant que Clay n’écoute toutes les cassettes), ainsi que d’autres petits ajouts.

Ma note :

Fourstars

Merci aux éditions Albin Michel pour m’avoir permis de lire ce livre.

This entry was posted in 4 étoiles, Contemporain, Polar/Thriller, Young-Adult and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to 13 reasons why, de Jay Asher

  1. Hello ! 🙂
    Je dois avouer que j’ai eu un avis plutôt mitigé aussi… La série (et le livre par la même occasion) avait eu une telle campagne promotionnelle que je devais en attendre trop. J’ai été gênée par les points que tu soulèves mais également par le manque de conséquences que soulèvent les révélations et qui auraient pu être abordées (ou pas justement) et qui je crois sont adressées dans la série.

    Sinon comme c’est la première fois que j’écris ici, j’en profite également pour te dire que j’aime beaucoup ton blog et tes vidéos 🙂

    • Myriam says:

      Tout d’abord bienvenue à toi par ici ! J’espère que tu y trouveras des idées de lectures passionnantes 🙂
      Et effectivement il manque les conséquences des actes de tous ces personnages évoqués… pour la série, peut-être verrons-nous cela justement dans la saison 2 ?

Répondre à Une touche d'indécision Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *