Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une, de Raphaëlle Giordano

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'uneRaphaëlle Giordano, Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une, éd. Pocket, juin 2017

Une trentenaire rencontre un homme mystérieux qui se prétend « routinologue » et lui promet de l’aider à transformer sa vie pour pleinement s’épanouir. 

En bref : Camille a trente-huit ans et elle subit plus la vie qu’elle n’en profite. Son couple a connu des jours meilleurs, gérer la scolarité de son fils est un défi, quant à sa vie professionnelle, elle n’est guère plus épanouissante.
Un soir qu’elle tente de rentrer chez elle, Camille est victime d’un accident de voiture, certes sans gravité, mais qui l’oblige à chercher de l’aide. Elle sonne à la porte d’un inconnu dans cette zone reculée où la réception des téléphones portables est inexistante. Lorsqu’on lui ouvre, l’homme qui lui propose son assistance s’aperçoit qu’il n’y a pas que l’accident de voiture qui mine Camille. Rapidement, il engage la discussion et lui avoue être un « routinologue ». Malgré les réticences de la jeune femme, elle accepte sa carte de visite et repart chez elle avec la dépanneuse.
Quelques jours plus tard, la proposition de Claude ne cesse de hanter Camille. Elle décide de lui rendre visite à son cabinet, et accepte de débuter avec lui un programme de remise sur pieds de sa vie privée et professionnelle.

Mon avis : J’avais entendu parler à de très nombreuses reprises de Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une, mais c’est sa sortie poche chez Pocket qui m’a enfin décidée à le lire. Malheureusement, j’ai été très surprise et déçue par ce « roman », si l’on peut désigner ainsi cet ouvrage de développement personnel romancé de façon très sommaire.
L’intrigue est en effet des plus minime, et le récit se résume à une succession de points énoncés par le gourou (c’est comme cela qu’il m’apparaît) de Camille afin de lui faire changer sa vision du monde et son attitude au quotidien. Pour preuve, de nombreux termes sont mis en exergue en caractère gras dans le corps du texte, et on les retrouve sous forme de liste de définitions à la fin de l’ouvrage : c’est une série de principes fondamentaux à mettre en application si l’on veut retrouver la paix et l’épanouissement dans son existence.
Les situations décrites dans cet ouvrage sont assez tirées par les cheveux, jusqu’à l’apparition dans le dénouement de l’histoire d’une célébrité qui débarque tel un cheveu sur la soupe, et rend tout cela totalement caricatural voire complètement improbable.
Une petite citation tirée de l’ouvrage même, résume assez bien ce que j’ai pensé de cette lecture. Il s’agit des paroles de Camille à propos de Claude, après que celui-ci lui ait énoncé un énième enseignement :

« – Ça fait un peu pub de yaourt, ce que vous dites, mais je comprends l’idée générale… » (p. 110)

Si j’avais été cynique, j’aurais dit que cette histoire aurait tout aussi bien pu être le récit d’une jeune femme tombant entre les griffes du gourou d’une secte, et y entrainant tout son entourage sans que personne ne s’en alarme.
Les changements dans la vie de Camille sont si drastiques que n’importe quel individu un tant soit peu censé aurait réfléchit à deux fois avant d’envoyer valser toute sa vie pour suivre les dires d’un individu rencontré un soir d’orage… malheureusement, le personnage de Camille n’a aucune volonté propre. Même lorsqu’elle amorce un petit souhait de rébellion, il suffit d’un petit mot de Claude pour la faire rentrer dans le rang.
Non, malheureusement pour ce livre et pour l’auteur, je n’ai résolument pas accroché à cet ouvrage de développement personnel. Dommage.
À titre de comparaison, je ne pourrais que conseiller aux lecteurs souhaitant lire un bon roman inspirant, doté d’une intrigue fouillée et de vrais retournements de situation travaillés et crédibles, les romans de Laurent Gounelle et notamment Les Dieux voyagent toujours incognito, également publié chez Pocket.

Ma note : 

Onestar

Merci toutefois aux éditions Pocket de m’avoir permis de lire ce livre.

*** Ceci n’est qu’un avis personnel, il n’engage que moi. Je suis navrée de ne pas avoir accroché avec ce roman, mais si d’aventure vous lui donnez sa chance, peut-être serez-vous agréablement surpris. ***

This entry was posted in 1 étoile, Contemporain and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

One Response to Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une, de Raphaëlle Giordano

  1. Alors déjà que je trouve que les romans de Laurent Gounelle sont trop légers niveau intrigue, si là c’est pire, fuyons ! (de toute façon les trucs de développement personnel ça fait longtemps que j’ai jeté l’éponge, je ne suis pas la cible, il faut que je m’y fasse)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *