La Maison Bleu Horizon, de Jean-Marc Dhainaut

Jean-Marc Dhainaut, La Maison bleu horizon, éd. Taurnada, juin 2017

Janvier 1985. Un enquêteur de phénomènes paranormaux est contacté par une mère de famille paniquée car des bruits et manifestations étranges terrorisent les membres de sa famille, dans la vieille bâtisse au sein de laquelle ils ont récemment emménagé dans la Somme. 

En bref : Au lendemain du Jour de l’An 1985, Alan Lambin, enquêteur spécialisé en phénomènes paranormaux, reçoit un message sur sa boîte vocale. Une mère de famille le prie de venir déceler ce qui se cache au sein de leur maison. Depuis le départ de son mari peu avant les fêtes de fin d’année, dans le cadre d’un déplacement professionnel, elle n’a plus de nouvelles de celui-ci, et de mystérieuses apparitions terrorisent les membres de sa famille. Alan, qui devait se rendre dans les environs dans le cadre d’un colloque sur les enquêtes paranormales, décide de faire un détour par ce petit village de la Somme afin de découvrir ce qui se cache dans cette vieille bâtisse.
Très vite, les manifestations se font de plus en plus impressionnantes, et le mystère s’épaissit autour de ce qui hante réellement les lieux et ses habitants.

 » […] si depuis son origine, l’être humain n’avait jamais cessé de rapporter des témoignages troublants sur la survie de l’âme, de tout temps et de toutes cultures, cela devait bien cacher quelque chose. » (Chapitre 8)

« […] selon la physique, rien ne se perd, rien de se crée, tout se transforme. Cette notion élémentaire scientifique m’a fait l’effet d’une bombe. Si selon la physique, aucune énergie ne peut disparaître, mais se transforme, alors que devenons-nous après la mort ? Le corps humain est en effet constitué d’énergie, chimique et électrique, alors que devient cette énergie lorsqu’un être vivant décède ? Puisqu’elle ne peut pas disparaître, en quoi se transforme-t-elle ? » (Chapitre 7)

Mon avis : J’avais lu les premières pages de La Maison bleu horizon à la fin du mois de juin, et la plume de l’auteur de même que l’intrigue de l’ouvrage, l’action débutant sur les chapeaux de roue dès la première scène… tous ces facteurs avaient contribué au fait que ce roman était resté dans un coin de ma tête pendant plusieurs semaines… Mais le nombre important de lectures programmées dans mon calendrier de blog justifiait le fait que je me dise qu’il n’était pas raisonnable d’en entamer une nouvelle.
Vous connaissez sans doute cette sensation, celle qui fait qu’un livre nous appelle, jour et nuit, se rappelle à notre mémoire, et nous donne l’impression que nous passons à côté d’une pépite, d’un roman qui nous marquera. Ce fut le cas pour La Maison bleu horizon. Peut-être les esprits hantant l’histoire de ce roman m’ont-ils également mystérieusement attiré à eux… qui sait ! Je me suis finalement lancée. Et grand bien m’en a pris. J’ai littéralement dévoré ce (trop court) roman d’environ 200 pages, qui m’a captivée dès les premiers chapitres et jusqu’à la toute fin de sa résolution.
Cerise sur le gâteau, l’enquête rejoint la grande Histoire, celle des poilus qui se sont battus dans la Somme et jusqu’en Belgique durant la Première Guerre Mondiale. Plusieurs destins tragiques s’entrecroisent, et cette enquête paranormale est des plus riches et des plus haletantes.
Si vous avez aimé le film d’horreur Les Autres, avec l’actrice Nicole Kidman, magistrale dans son rôle de mère tentant tant bien que mal de protéger son enfant dans cette bâtisse angoissante, vous allez adorer La Maison bleu horizon !
Alan Lambin n’est pas un charlatan, le stéréotype du prétendu médium qui passe avec de l’encens et des crucifix dans des endroits prétendument hantés pour « exorciser le mal ». C’est un enquêteur, qui à l’aide de divers instruments et capteurs, essaie d’expliquer de façon rationnelle les expériences de « hantise » constatées dans divers lieux et situations.

« Cette confiance et cette crédibilité qu’il avait réussi à gagner, tant auprès de « clients potentiels », qu’auprès des scientifiques ou des plus sceptiques, lui avaient demandé des années d’expérience et d’enquêtes avec une approche des plus rationnelles, des plus terre à terre et lucide. S’il tenait un élément probant : un son, une image, il fallait absolument qu’il soit exempt de toute suspicion. Il savait qu’une preuve n’en était jamais une auprès de celui qui s’obstinerait à la rejeter, mais il essayait d’apporter sa pierre à l’édifice. Il ne cherchait pas à prouver l’existence des fantômes, mais à amener les incrédules au doute, à la réflexion. » (Chapitre 8)

Ce personnage m’a beaucoup rappelé quelques émissions TV (notamment US : Ghost Hunters International, en Français Traqueurs de fantômes International), mais aussi certaines chaînes YouTube, notamment celle de GussDX (qui s’est depuis reconverti dans la fiction mais réalisait auparavant de vraies enquêtes) et celle de Projet Activity.
Je vous invite d’ailleurs à aller jeter un coup d’oeil à leur travaux, très intéressants (et divertissants si vous êtes amateurs de frissons).

 


L’épisode 2 de la Saison 1 de Traqueurs de Fantômes International
(je n’ai pas trouvé l’épisode 1)


Le trailer du 2e épisode de Capture Dead Forms,
la fiction de GussDX sur YouTube


Les enquêtes (réelles)
de Projet Activity sur YouTube

J’espère que vous donnerez sa chance à ce roman qui ne vous laissera pas indifférent, que vous soyez amateur du genre ou pas.
J’ai tant apprécié ce roman et son enquêteur Alan Lambin que je regretterais presque que l’auteur n’ait pas pour projet de créer une série où l’on suivrait ce personnage au fil de ses enquêtes, comme ce fut le cas pour une autre série de romans que j’avais beaucoup aimé il y a quelques années, intitulée Krewe of Hunters, de l’auteur de romances paranormales Heather Graham (aux éd. Harlequin, collection Best-sellers).

Ma note :

Merci aux éditions Taurnada pour m’avoir permis de lire ce livre.

This entry was posted in 4 étoiles, Fantastique and tagged , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *