Seules les femmes sont éternelles (Une Enquête de Loulou Chandeleur #1), de Frédéric Lenormand

Frédéric Lenormand, Seules les femmes sont éternelles (Une Enquête de Loulou Chandeleur #1), éd. La Martinière, novembre 2017

Paris, Première Guerre Mondiale. L’inspecteur de police Raymond Février ne peut se résoudre à être mobilisé dans les tranchées. Aidé par une prostituée bien connue des forces de l’ordre, il devient Madame Loulou Chandeleur, et se fait embaucher dans une agence de détectives privés. Ainsi, il continue de pourfendre le crime… en talons hauts. 

En bref : 1914, la Première Guerre Mondiale est déclarée, et la France mobilise à tour de bras tous les hommes valides et en âge de se battre pour la patrie. Plus le temps passe, plus ces messieurs se font rares dans la capitale comme dans le reste du pays. L’inspecteur Raymond Février sent son heure venir, et guette avec angoisse la lettre de mobilisation qu’il pourrait bien recevoir d’un jour à l’autre au siège de la Préfecture de Police où il travaille à résoudre avec minutie les crimes qui entachent toujours la capitale. Un jour, le tant redouté courrier se matérialise sur son bureau. Ni une ni deux, Raymond embarque ses quelques affaires et une carte d’identité vierge et prête à être falsifiée, avant de plier bagage. Trouvant refuge chez une prostituée faisant de fréquents séjours dans son bureau, celle-ci prend en main son cas, et transforme Raymond en une (plus ou moins) séduisante Loulou Chandeleur.

« Comment faire disparaître un homme dans une ville où il n’y aurait bientôt plus que des femmes ? En quoi le déguiser ? Comment le faire entrer dans un de ces corps de métier qui n’étaient pas mobilisés ? Il n’avait pas quarante ans, il ferait toujours tache. Il aurait fallu le vieillir, lui blanchir les cheveux. C’était soit femme, soit vieillard, soit mort. » (p. 28)

Désormais épilée, maquillée et apprêtée à la dernière mode, il est temps pour Loulou de se réinventer une vie. Ray était un excellent inspecteur, qu’à cela ne tienne, on cherche des assistantes détectives (les « vrais » étant partis peupler les tranchées boueuses). Embauchée par la fille du patron, Loulou laisse libre cours à son talent naturel pour résoudre les affaires louches.

Mon avis : Je suis une fan inconditionnelle de la saga Voltaire mène l’enquête également signée Frédéric Lenormand. Sa plume vive, pétillante, bourrée d’un humour cinglant, intelligent et décalé fait toujours mouche. C’est également le cas dans ce premier volet des Enquêtes de Loulou Chandeleur. On est cette fois plongé dans le Paris du début du XXe siècle, au début du premier conflit d’ampleur mondiale, qui va profondément traumatiser la France et l’Europe.
Frédéric Lenormand allie encore et toujours une enquête passionnante aux multiples ramifications, des situations truculentes, un humour sans pareil, et des éléments historiques passionnants qui nous en apprennent beaucoup sur le contexte dans lequel s’inscrit ce roman.
Seules les femmes sont éternelles se lit comme un petit macaron Ladurée, c’est chic et délicat, et ça se savoure jusqu’au bout !
Vous l’aurez compris, je suis une fois de plus séduite par la plume de l’auteur, même si ma préférence reste toujours à Voltaire mène l’enquête, je vous enjoins néanmoins à découvrir cette première enquête si vous appréciez cette époque (pensez Downton Abbey).

Ma note :

Merci à l’auteur pour m’avoir fait l’agréable surprise de m’offrir cet exemplaire dédicacé (et à l’Agence Anne & Arnaud).

This entry was posted in 4 étoiles, Humour, Polar/Thriller and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *