Songe à la douceur, de Clémentine Beauvais

Clémentine Beauvais, Songe à la douceur, éd. Points, 7 juin 2018

Tatiana et Eugène se sont rencontré à l’adolescence, mais leurs destins n’étaient pas prêts à s’entremêler. Une dizaine d’années plus tard, leurs chemins se croisent à nouveau…

En bref : Tatiana avait 14 ans, Eugène en avait 17. Par le hasard d’un ami commun, ils se rencontrent et leurs personnalités s’entrechoquent. Mais peut-être n’étaient-ils pas prêts à mêler leurs existences…
Une dizaine d’années plus tard, le temps a passé, les expériences aussi. Eugène et Tatiana se rencontrent à nouveau dans une rame de la ligne 14, les menant à la Bibliothèque François Mitterrand. Tatiana est une grande spécialiste du peintre Caillebotte, Eugène s’imagine qu’elle est trop bien pour lui. Mais Tatiana l’obsède, et il n’aura de cesse de vouloir rattraper le temps perdu…

Instagram @missmymoo

 

Mon avis : J’avais entendu beaucoup de bien des romans de Clémentine Beauvais, et notamment des Petites Reines. Songe à la douceur est le premier roman de cette auteure que je lisais (même si j’avais déjà lu, et beaucoup aimé, Inséparables de Sarah Crossan, que Clémentine Beauvais avait traduit en français).
Je ne m’attendais pas à ce type d’histoire en ce qui concerne Songe à la douceur. Initialement publié aux éditions Sarbacane, ce n’est pourtant pas un roman que je classerais dans la catégorie jeunesse (ou young adult), même si je n’aime généralement pas apposer des labels à des ouvrages. Disons juste que le sujet du roman m’a pour le moins surprise.
Songe à la douceur est écrit en vers libres (et non en prose). Cela ne m’a pas dérangée, bien au contraire. C’est assez déstabilisant au début, mais cela crée un rythme de lecture bien particulier et je trouve que ces vers ont contribué à me faire apprécier le roman.
Malheureusement, en ce qui concerne l’histoire en elle-même, je n’ai pas été captivée, et encore moins séduite… Cela est très personnel, mais j’ai trouvé le récit assez quelconque. Une fois de plus, peut-être le fait que ce roman ait été si acclamé par la critique a contribué à me donner des attentes qui n’ont malheureusement pas été comblées.
Je vous laissez néanmoins le seul juge de cette oeuvre, si vous souhaitez la découvrir par vous-même : point positif, Songe à la douceur vient de sortir en format poche, c’est donc l’occasion de tenter !

Ma note : 

Merci aux éditions Points pour m’avoir permis de découvrir ce livre.

This entry was posted in 2 étoiles, Contemporain and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

One Response to Songe à la douceur, de Clémentine Beauvais

  1. Hello 🙂
    C’était pareil pour moi par rapport à l’histoire, elle est banale mais le fait que ça soit écrit en vers libre m’avais beaucoup plu ! Et la plume de Clémentine Beauvais est très belle 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *