Meurtre en Abyssinie (Renée Stone #1), de Clément Oubrerie et Julie Birmant

Clément Oubrerie & Julie Birmant, Meurtre en Abyssinie (Renée Stone #1), éd. Dargaud, août 2018

Ce premier tome des aventures de Renée Stone nous entraîne en Éthiopie durant l’entre deux guerres, où la romancière à succès est invitée au couronnement de l’Empereur. Très vite, l’archéologue et épigraphiste John Malowan et elle se retrouvent sur la piste d’un trésor qui les entraînera jusqu’aux origines de nos civilisations…

En bref : La romancière à succès britannique Renée Stone arrive à Addis-Abeba pour le couronnement de l’Empereur Haïlé Sélassié Ier. Arrivée sur place, elle découvre l’Afrique sub-saharienne (actuelle Éthiopie) et fait la rencontre d’un archéologue et épigraphiste assez mal dégourdi nommé John Malowan. Ensemble, ils décident de visiter les environs avant le couronnement. Ils découvrent alors, par la force des choses, de curieux indices qui les mèneront sur la piste de l’origine de nos civilisations, jusqu’au confins de l’Irak actuelle.

Extrait de « Renée Stone (tome 1) : Meurtre en Abyssinie », de Clément Oubrerie et Julie Birmant, éd. Dargaud, août 2018.

 

Instagram @missmymoo

 

Mon avis : J’ai tout de suite été séduite par ce premier tome des aventures de Renée Stone. Ma première formation en archéologie a éveillé ma curiosité et j’ai pu constater que le duo Renée Stone – John Malowan n’était pas sans rappeler celui que formaient la célèbre Agatha Christie et son archéologue de mari… Sir Max Mallowan (dont elle fit la connaissance sur un site de fouilles de l’antique cité d’Ur, en Irak) ! Il n’y a donc pas de doute, la saga Renée Stone est un brillant hommage à ce couple mythique : l’écrivaine et l’archéologue.
Les illustrations sont très travaillées, et teintées d’un certain style « vieilli », qui nous replonge encore plus amplement dans l’époque des années 1930 et dans ce style colonial dans lequel était baignés l’Afrique et le Moyen-Orient au début du XXe siècle.
La narration est assez fluide, peut-être parfois trop rapide à mon goût (il s’agit d’un album de 64 pages) mais s’achève dans un cliffhanger qui nous fait attendre la suite avec la plus grande impatience !

Extrait de « Renée Stone (tome 1) : Meurtre en Abyssinie », de Clément Oubrerie et Julie Birmant, éd. Dargaud, août 2018.

 

Instagram @missmymoo

 

Ma note :

 

Merci aux éditions Dargaud pour m’avoir permis de lire cet album.

This entry was posted in 4 étoiles, B.D., Historique and tagged , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *