Celle qui a dit Fuck, d’Anne-Sophie Lesage

Anne-Sophie Lesage, Celle qui a dit Fuck, éd. Audible Studios, juillet 2018

(Existe aussi en version papier, aux éd. First)

Alice est une sur-stressée, une « over-thinker » comme un spécialiste aime à le lui répéter. Elle rumine trop les choses de la vie, au point de ne plus pouvoir avancer. Jusqu’au jour où trop, c’est trop : elle va changer (ou essayer) !

En bref : Ceci est le journal d’Alice, une jeune trentenaire citadine sur-stressée par son quotidien, et qui ne parvient plus à faire la part des choses entre vie professionnelle, vie privée et petits tracas du quotidien.
Comme beaucoup d’entre nous, elle rumine tous les épisodes un tant soit peu désagréables qui jalonnent ses journées, pour les repasser en boucle dans son cerveau et tenter de décortiquer un quelconque message crypté qu’on aurait pu lui envoyer.
La réalité, c’est qu’Alice, comme beaucoup d’entre nous, n’arrive pas à RE-LA-TI-VI-SER. Un grand mot, que les gens zen adorer lancer à tord et à travers, mais qui, pour les sur-stressés, n’est qu’une bouteille à la mer : ils ont beau tenter, rien n’y fait, la petite voix dans leur tête ne s’arrête jamais de tout ressasser.
Jusqu’au jour où un électrochoc va pousser Alice à tout envoyer balader : collègues de travail insupportables, vie de couple chaotique, amis relous, connaissances qu’on préfèrerait n’avoir jamais croisé… Trop c’est trop, et Alice n’en peut plus. Elle décide de reprendre sa vie en mains, et de tout faire pour voir le quotidien du bon côté.

Instagram @missmymoo

 

Mon avis : Je ne suis d’ordinaire pas trop portée sur les ouvrages de développement personnel romancés (pour preuve, je n’avais pas du tout accroché à ma lecture de Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une d’Isabelle Giordano). Celle qui a dit Fuck est néanmoins plus intéressant, dans le mesure où il s’agit d’un carnet de bord, sorte de mémento des situations dans lesquelles j’ai pu me reconnaître à de très nombreuses reprises.
Le format livre audio m’a également beaucoup plus séduite pour ce genre de livres, dans la mesure où il se rapproche presque de la non-fiction : on écoute les pensées d’Alice comme une amie que l’on écouterait s’épancher sur ses problèmes et sa soudaine nouvelle philosophie de vie.
Je me suis totalement retrouvée dans le personnage d’Alice, qui ne parvient pas à faire cesser cette voix ô combien enquiquinante dans sa tête et qui lui fait sur-analyser tout son vécu, catastropher chaque situation, broyer du noir et s’imaginer que la vie n’est qu’un puits sans fond dans lequel on glisse inexorablement sans avoir aucun contrôle sur son destin.
Il y a quelque chose de rassurant à écouter son cheminement intellectuel et émotionnel : se dire que nous ne sommes pas seul(e)s dans ce cas, et qu’un changement est possible.
Je vous recommande donc Celle qui a dit Fuck (en livre audio, avec les intonations de la narratrice, c’est encore mieux, et parfois beaucoup plus drôle !) si vous aussi, vous êtes une « over-thinker » et que vous ne rêvez que d’une seule chose la nuit : faire taire cette petite voix dans votre tête qui ne s’arrête jamais de tout analyser.

Ma note :

Merci à Audible pour m’avoir permis d’écouter ce titre.

Vous pouvez télécharger ce titre gratuitement pour découvrir l’offre audio Audible !

This entry was posted in 3 étoiles, Contemporain, Feel good, Humour and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to Celle qui a dit Fuck, d’Anne-Sophie Lesage

  1. Carnet-plume says:

    Ahhh ce livre… un vrai coup de coeur pour ma part. Rempli de bons conseils et d’humour. Un livre qui fait du bien quoi 😀 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *