Katarina Bivald, La Bibliothèque des coeurs cabossés

La Bibliothèque des coeurs cabossésKatarina Bivald, La Bibliothèque des coeurs cabossés, éd. Denoël, janvier 2015

(Titre original : Läsarna i Broken Wheel rekommenderar)

Sara Lindqvist est une jeune suédoise de 28 ans, dont la librairie qui l’emploie vient de fermer. Elle correspond depuis plus d’un an avec Amy Harris, une vieille dame américaine, échangeant sur leurs livres préférés. Amy invite Sara à venir passer quelques jours dans sa petite ville de Broken Wheel, dans Iowa. Mais quand Sara débarque, rien ne se passe comme prévu…

En bref : Sara Linqvist est une jeune femme suédoise à la vie bien monotone. L’intégralité de sa vie tourne autour des livres. Employée dans une librairie à Haninge, elle conseille et vend des livres à longueur de journées. Quand l’établissement vient à fermer, Sara se demande ce qu’elle va devenir. Depuis plusieurs mois, elle entretenait une correspondance régulière avec Amy Harris, une vieille dame habitant une petite ville perdue de l’Iowa, aux Etats-Unis. A l’annonce de la perte de son emploi, Amy lui propose de venir lui rendre visite à Broken Wheel. Elles ont tant échangé sur les livres au fil de leurs lettres, qu’elles sont impatientes de pouvoir en discuter de vive voix. Sara prend donc sa valise, qu’elle remplit de livres, comme toute bonne mordue de la littérature, et débarque un beau jour d’août sur le quai de gare de la ville de Hope. Elle attend, mais personne ne vient la chercher. Les habitants la conduisent alors dans la petite ville voisine de Broken Wheel, où réside Amy… mais arrivée sur place, elle apprends que celle-ci vient tout juste de décéder. C’est un véritable choc pour Sara, qui se trouve dans une situation tout à fait rocambolesque.
Passées les premières appréhensions face à une étrangère dans une petite ville où tout le monde se connaît et où les touristes ne se bousculent d’ordinaire pas au portillon, les habitants se montrent très accueillant et proposent à Sara de rester le temps de son séjour et d’apprendre à connaître la ville.
Très vite, Sara découvre la caverne d’Ali Baba d’Amy, composée d’une montagne de livres recouvrant les murs. Mais que faire de tous ces ouvrages ? La vieille dame aimait trop la lecture et regrettait que ses voisins ne partagent pas sa passion. Sur un coup de tête, Sara se met en tête de faire découvrir le plaisir de lire à tous les habitants de Broken Wheel, Iowa.

« Quelle terrible prise de conscience : savoir qu’il y avait tant de livres qu’elle ne toucherait jamais, tant d’histoires qui se poursuivraient sans elle, tant d’auteurs anciens qu’elle n’aurait pas le temps de découvrir !
Cette nuit-là, Sara resta dans la bibliothèque d’Amy en méditant le fait tragique que les écrits sont immortels alors que l’homme ne l’est pas, et elle pleura la mémoire de cette femme qu’elle n’avait jamais rencontrée.
Amy ne lirait jamais la dernière partie de la saga Eragon. » [p. 79]

Mon avis : La Bibliothèque des coeurs cabossés est un roman hors du commun. Katarina Bivald aime les livres, et nous fait partager cet amour tout au long des presque 500 pages que composent ce roman. Si vous cherchez un livre d’action, où le suspense est intenable, passez votre chemin. La Bibliothèque des cœurs cabossés mérite que l’on prenne son temps pour en savourer chaque page.

« – Tu sens ? L’odeur des livres neufs. Des aventures pas encore lues. Des amis dont on n’a pas encore fait la connaissance, des heures d’escapade hors de la réalité qui attendent. […]
Une édition normale cette fois-ci, avec une couverture rigide, mais du papier plus fin un peu jauni. Elles le reniflèrent.
Sara sourit. Les livres reliés et les éditions de poche exhalaient des odeurs complètement différentes, avec en outre des variations entrer les multiples éditions de poche, entre les suédois et les anglais. Les textes classiques, par exemple, se démarquaient des autres. Les manuels scolaires possédaient leur parfum spécifique et les ouvrages universitaires ne pouvaient en aucun cas se confondre avec les manuels destinés à l’école primaire, qui fleuraient les salles de classe, l’agitation et le renfermé. […]
C’étaient toujours les livres neufs qui avaient l’odeur la plus prononcée. Sara supposait que l’odeur de l’imprimerie y était retenue, qui disparaissait logiquement peu à peu, quand les lecteurs ouvraient, lisaient et feuilletaient les textes. C’était là un point de vue purement rationnel, mais qui ne lui suffisait pas. Elle pensait en réalité que le parfum qu’elle percevait était celui d’aventures et d’expériences de lecture qui n’attendaient qu’elle. » [p. 380-381] 

Au fil des chapitres, qui alternent des lettres envoyées par Amy à Sara, et les péripéties de cette dernière dans la ville de Broken Wheel, on apprend à connaître, aux côtés de l’héroïne, tous les habitants de la ville, leur histoire, leur caractère et ce qui fait qu’ils sont qui ils sont aujourd’hui. On prend le temps de les voir évoluer, des personnages caricaturaux que l’on pensait qu’ils étaient, à des personnes bien plus complexes et qui savent nous surprendre et profondément nous toucher à la fin du roman.
La Bibliothèque des coeurs cabossés est une ode à l’amour des livres, mais également à l’amour des gens. C’est un hymne à la tolérance, à l’acceptation de la différence, à la solidarité avec son prochain face aux difficultés de la vie.
Fait assez rare, il est à préciser qu’il est fort probable que votre lecture de ce roman soit interrompue à de multiples reprises afin de noter la référence d’un livre recommandé par l’un des personnages à un autre. C’est un effet secondaire de La bibliothèque des coeurs cabossés, unique en son genre !
Katarina Bivald nous offre un roman exceptionnel, comme jamais personne n’en a écrit de pareil, et qui saura ravir votre cœur d’amoureux des livres et de la vie. C’est une très belle découverte qui restera gravée dans ma mémoire très longtemps !

Ma note : 

Fourstars1

Cet ouvrage m’a été envoyé par les éditions Denoël, que je remercie encore pour ce partenariat.

(12) Comments

  1. J’ai beaucoup aimé ! a la fois simple et attachant…

  2. Bonjour,
    Je suis actuellement en train de le lire car j’en avais entendu parler à Télématin et il me tenter beaucoup .
    Je regrette pas du tout mon choix car ce bouquin est génial et très prenant et je confirme que je vais y faire quelques annotations pour les bouquins cités dans ce roman.

  3. Chantal says:

    Sur tes conseils, je viens d’entamer la lecture de cette Bible. Je pense qu’en effet je peux employer ce terme de « Bible », car à peine quelques pages lues, je me retrouve déjà avec l’envie de sortir mes post-it, mon bloc et mon crayon, de revenir en arrière, sans plus attendre, pour noter les titres et les auteurs de livres dont il est fait mention au fil des chapitres. Je présume qu’il faut le faire simultanément à la lecture, car il y en aura d’autres. …
    J’ai hâte d’y retourner ! 🙂

    1. Oui, prends ton bloc-note ! 🙂

  4. celui ci me fait très très très envie. J’ai vu une vidéo de Gérard Collard qui n’en dit que du bien.

    1. Effectivement Gérard Collard en parle PARTOUT ! 😀

    1. Oui il est magnifique !

  5. wow, et bah déjà que tu m’avais fait acheter ce livre, bé maintenant j’ai encore plus hâte de le commencer !!! on en parle beaucoup comme d’une lecture doudou, mais si en plus de ça l’histoire est inoubliable je sens que je vais l’adorer !!!

    1. Oooh j’espère vraiment que tu aimeras ta lecture alors ! C’est un livre tout particulier, vraiment pas comme les autres 🙂

  6. J’aime les livres qui donnent envie d’en lire d’autres ! celui-ci est dans ma PAL, je n’ai pu résister à l’acheter ! merci pour ton avis.

    1. Ce roman est sublime ! J’espère que tu l’apprécieras également !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook
YouTube
Instagram
Google+
Pinterest
RSS
Follow by Email
%d blogueurs aiment cette page :