Ash Princess (tome 1), de Laura Sebastian

Laura Sebastian, Ash Princess (tome 1), éd. Albin Michel Jeunesse, septembre 2018

(Titre VO : Ash Princess)

Theodosia a vu son pays envahi par des colons, et sa mère la reine assassinée sous ses yeux lorsqu’elle était enfant. Depuis, elle vit retenue en otage par le Kaiser qui se sert d’elle pour dissuader d’éventuels actes de rébellion de son peuple contre les Kalovaxiens.

En bref : Theo est une jeunes adolescente meurtrie par la conquête d’Astrée par les Kalovaxiens, un peuple nordique dirigé par le terrifiant Kaiser. Sa mère, la reine astréenne, a été assassinée sous ses yeux lorsqu’elle était enfant. Depuis, elle vit recluse au sein de la cour kalovaxienne, sans arrêt épiée par ses Ombres (des espions à la solde du Kaiser), et fouettée en place publique à chaque nouvelle tentative de rébellion de son peuple contre l’envahisseur.
Lorsque Theo (rebaptisée Lady Thora, Princesse de Cendres) est contactée par une des dernières poches de rebelles astréens, elle n’ose tout d’abord pas y croire. Effrayée à l’idée que cela soit un énième test du Kaiser, elle n’ose tout d’abord pas répondre à leurs sollicitations. Mais la révolte qui bouillonne en elle est plus forte, et elle se joint bientôt aux rebelles, dirigés par son meilleur ami d’enfance.
Qu’à cela ne tienne, forte de sa place privilégiée au sein de la cour kalovaxienne, elle deviendra une espionne à la solde des rebelles de son peuple, et tentera tout pour faire libérer ses compatriotes enchaînés dans les mines et condamnés à extraire les gemmes magiques qui ornent les vêtements des Kalovaxiens, et contribuent à les enrichir.

« Ils t’ont peut-être brisée, Theo, mais cela fait de toi une arme plus aiguisée. Et il est temps que tu serves. » (p.349)

Mais le prince et héritier du Kaiser ne semble pas indifférent aux charmes de Lady Thora… cela en fait une cible de choix pour en apprendre plus sur la stratégie de l’envahisseur. Theo parviendra-t-elle à mettre de côté ses sentiments pour le bien de son peuple ?

 

Instagram @missmymoo

 

Mon avis : Au premier abord, Ash Princess de Laura Sebastian m’a beaucoup fait penser à des sagas de Fantasy ou de Dystopie bien connues, comme La Sélection de Kiera Cass. Une jeune princesse enfermée dans un château, et qui doit faire le choix entre rallier son meilleur ami d’enfance, ou rejoindre un amour naissant avec le prince. Directement inspiré des différentes civilisations de l’Antiquité (les Grecs pour les Astréens, et les Vikings pour les Kalovaxiens), Laura Sebastian nous propulse dans un univers qui n’est une fois de plus pas sans rappeler les références de The Winner’s trilogy de Marie Kutkoski.
Le triangle amoureux est bel et bien là, encore et toujours.
L’écriture est agréable, fluide et entraînante, ce qui nous donne malgré tout envie d’en savoir plus.
Même si ce roman n’a rien d’exceptionnellement original, on se laisse très aisément emporter par l’univers et la dynamique de ces personnages.
Theo arrivera-t-elle a s’échapper ? Parviendra-t-elle à faire libérer son peuple ? Le prince l’apprécie-t-il réellement au point de vouloir la sauver ?

« J’ai la rage au coeur.
J’ai la faim au ventre.
Et je me promets que le jour viendra où je les verrai réduits en cendre. » (p.414)

Autant de questions qui nous font nous accrocher à cette lecture.
Je n’ai pas vraiment été surprise par certains dénouements de ce premier tome, que j’avais vu venir depuis le premier tiers de l’ouvrage.
Néanmoins, la toute fin de ce premier tome nous donne fortement envie de poursuivre la trilogie et je lirai le tome 2 avec grand plaisir !
J’ai également apprécié certains passages qui résonnent avec l’actualité brûlante d’un contexte social assez chargé en France en ce moment :

« Oui, je sais comment la guerre des Poissonniers s’est déroulée. Pour autant, je laisse Cress me lire de sa voix douce et mélodieuse l’histoire des poissonniers qui se sont, il y a presque cinq siècles de cela, rebellés contre les rois d’Elcourt. La cause semblait perdue d’avance : les poissonniers étaient peu nombreux et n’avaient ni statut social ni expérience de la lutte. Et pourtant, les paysans d’Elcourt ne tardèrent pas à se rallier à leur cause, tant la monarchie leur semblait corrompue. Les poissonniers avaient un immense avantage – ils connaissaient la mer. Alliés, ils réussirent à exterminer les rois d’Elcourt et à dépouiller la noblesse de ses titres et de ses richesses, qui furent redistribuées au peuple.
Un vrai conte de fées – mais dont la fin recèle une mauvaise surprise. L’actuel roi d’Elcourt, qui descend des vaillants poissonniers, est aussi tyrannique que celui qui fut détrôné par ses ancêtres. » (p. 405)

J’ai donc bien aimé cette lecture du premier tome de Ash Princess de Laura Sebastian, même si elle n’a rien de bien original, mais qui reste très plaisante à lire et qui a pour atout majeur des personnages attachants et un univers qui, je l’espère, sera plus développé dans les tomes suivants.

Ma note :

Merci aux éditions Albin Michel Jeunesse pour m’avoir permis de lire ce livre (et de rencontrer l’auteur lors du Salon du Livre Jeunesse de Montreuil).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook
YouTube
Instagram
Google+
Pinterest
RSS
Follow by Email
%d blogueurs aiment cette page :